RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 :: Terres Neutres :: Rocher aux Loups Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Union fait la Force

Guerrier • Meute de la Terre
Solstice d'Hiver

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute de la Terre
Messages : 183
Date d'inscription : 26/03/2018
Age : 18
Localisation : Sûrement en pleine découverte du monde
Ven 18 Jan - 12:26
Rappel : Nous sommes à l'aube d'une grande aventure. Une lune plus tôt, chaque meute c'est réunis aux Rochers aux loups pour parler de ce fléaux qui vole le gibier et croit de plus en plus.

Loups ! Vous avez été choisi pour partir dans cette quête et chasser la horde de Coyote. Vous êtes les élus. Seul la meute du Vent c'est écarté de la quête.

Vous devez vous réunir alors que le soleil n'est pas encore levé aux lieux des assemblées avant de vous diriger tous ensemble vers les Montagnes Insaisissables pour trouver, et chasser l'intrus d'une façon ou d'une autre.

Que force et courage vous accompagnes.



Solstice d'Hiver se réveilla pour la troisième fois cette nuit là. Gigotant, grognant, sans trouver le moyen de s'endormir dans un lourd et profond sommeil. Conscient que ce remu méninge dérangeait tout les loups dans la tanière et surtout Flocon de Neige à ses côtés, le jeune loup s'étala de tout son loup, posant sa truffe sur la pierre froide et levant les yeux vers ce qu'il supposa le plafond noir de la cavité. Impossible de trouver le sommeil alors que son esprit était en plein stress. A l'aube de ce grand jour, il partirait en même temps que les autres élus pour chasser ces voleurs de gibiers. Les souvenirs affluèrent en lui en repensant à l'assemblée qui c’était déroulé une lune plus tôt. Cela faisait bien longtemps que toute les meutes ne c'était pas réunis comme cela pour parler d'une même voix, d'un même sujet. Les coyotes venus de Nul Part et qui avait élu domicile dans les Montagnes volaient le gibiers et accentuaient de nouvelles tensions. Il avait donc était décrété, qu'au moins un loup de chaque meute devrait être désigné pour partir dans une quête et chasser cette horde qui ne cessait de croître.
Solstice d'Hiver c'était tout de suite portait volontaire pour la meute de la Terre, et il ne regrettait pas ce choix. Par ailleurs, Lune Infernale c'était lui aussi joins à l'expédition ce qui avait quelques peu rassuré le jeune guerrier. Il était toujours rassurant de savoir qu'un autre loup de sa meute était présent, surtout quand il s'agissait de son ancien mentor.

Se réveillant pour la quatrième fois, Solstice d'Hiver ne pouvait plus attendre sans rien faire. Tant pis s'il arrivait avant tout le monde, mais il ne pourrait pas rester une minute de plus à attendre le moment fatidique. Se levant doucement, il regarda avec amour la louve blanche qui dormait et lui donna un coup de langue sur le front. Sortant de la tanière, un lourd pincement au cœur le serra quelques temps. Il n'avait jamais laisser Flocon de Neige seule depuis son arrivée dans la meute, et être loin d'elle allait être difficile, mais il avait fait son choix après tout.

Sortant du camp, il trottina doucement, heureux de sentir la brise glaciale sur son pelage épais et la neige craquant sous ses pattes. Dehors, le monde semblait moins fermé et le stress retomba vite.
Traversant les terres neutres, une jeune chouette effraie l'accompagna de son vole lent et gracieux. La regardant de temps en temps, un sourire passa sur son museau alors que la chouette lui faisait par de chants doux et mélodieux comme un monde épique. Était-ce un signe de la meute des Etoiles ?

Une couleur pâle s'étalait derrière les lointaines montagnes insaisissables, lorsque le loup gris arriva aux Rochers aux Loups. Comme il le savait déjà, il était le premier des élus à être arrivé. Lançant un regard vers les montagnes noirs, un frisson le parcourut alors qu'il devrait s'y rendre avant peu.
La chouette se posa sur un rocher et Solstice d'Hiver alla près d'elle. Elle ne semblait pas avoir peur et le jeune guerrier se coucha sur un rocher bas et contempla le lieux d'assemblée. Il était difficile de s'imaginer qu'il y avait une lune, cette endroit était rempli de loups et qu'aujourd'hui, il était désert. Humant l'air, il attendit patiemment ces camarades. Dans ses souvenirs, les autres loups était bien entendu Lune Infernale, mais aussi le meneur du Temps Lune du Firmament, une guerrière de la meute du Feu, qu'il ne connaissait pas, Mélancolie Éphémère et enfin un guerrier inconnu également, de la meute de l'Eau, Lueur du Soir. Le guerrier de la Terre avait été déçus d'apprendre que la meute du Vent ne se joindrai pas à cette quête qui les concerné tous.

Il avait hâte de partir, mais dans cette aube froide au ligne rose pâle dans le ciel, il était l'heure de se réunir. Un nouveau frisson le parcourut lorsqu'un mouvement attira son regard. Quelqu'un venait.



Merci Flocon de Neige !!! Il est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Chef • Meute du Temps
Lune du Firmament

Votre Loup
:
:
Chef • Meute du Temps
Messages : 268
Date d'inscription : 16/06/2018
Age : 24
Sam 19 Jan - 13:37
Il se réveilla dans la pénombre d'une grotte qui n'était pas sa tanière. Un instant déconcerté, Lune du Firmament resta immobile à cligner des yeux pour se rappeler où il s'était endormi. Ah ! Cela lui revenait : la Grotte des Sages. La lumière de l'aurore, qui emplissait peu à peu la caverne, avait fait fuir les vers luisants qui tapissaient les parois du lieu.

Le grand Loup se releva en baillant et claquant des mâchoires pour se sortir des brumes qui envahissaient encore son esprit. Il avait veillé une grande partie de la nuit dans la Grotte avec l'espoir que les Sages qui luisaient au travers des vers lui accordent une réponse à ses questions.

Le problème insondable qui avait accaparé son esprit la nuit durant lui apparaissait clairement maintenant. Cela ne signifiait pas que la solution qu'il envisageait soit simple à mettre en place. Personne au Rocher aux Loups n'allaient aimer son idée mais il comptait bien la défendre avec des crocs avisés. Il représentait la sagesse de la Meute du Temps après tout.

Et comme le soleil se levait, il était temps d'y aller. Délaissant la Grotte des Sages, Lune du Firmament s'aventura entre les flancs de la Montagne Figée. Il apprécia le chant des oiseaux, la douceur de la terre qu'il foulait, les sentiers tortueux qu'il connaissait par cœur. Assuré que sa Meute était entre de bonnes pattes malgré l'absence de Lieutenant, qu'il savait ne pas s'éterniser, il franchit la frontière du nord d'un pas serein.

Les ombres rassurantes du Rocher aux Loups se découpèrent bien vite à l'horizon. Il n'y avait pas un long chemin à parcourir depuis le camp du Temps pour y parvenir. L'aurore qui l'avait réveillé laissait à peine place à une aube froide d'hiver lorsqu'il arriva aux pattes des Loups de pierre.

Levant la truffe en l'air, Lune du Firmament huma la froidure qui sévissait dans le vent. Il allait neiger sous peu. Le soleil qui se levait ne réchauffait pas assez la terre et des nuages s'annonçaient, portés par la morsure du vent. Il eut un sourire au coin du museau. Un tel temps ne ferait que l'avantager avec son pelage.

Il s'avança finalement vers Solstice d'Hiver qu'il avait déjà aperçu depuis un moment. Le jeune Loup avait bien grandi depuis qu'il le connaissait. Il savait au moins pouvoir faire confiance à ses voisins de la Terre.

- Que la Lune te garde et que les Etoiles de nos Ancêtres te guident, mon ami, en ces nuits d'hiver, le salua-t-il gentiment malgré le ton altier qu'il avait utilisé. L'hiver avait encore blanchi son pelage et étoffé sa fourrure ; il avait doublé de volume depuis l'été. Ses hautes pattes lui conféraient un avantage certain dans un environnement hivernal et, depuis qu'il était devenu Chef, une prestance certaine.

- Nous sommes donc les premiers. J'attendrai donc que les autres daignent arriver pour leur faire part du résultat de mes réflexions.

Lune du Firmament eut un autre museau souriant puis se détourna de son jeune comparse pour grimper habilement sur le Loup de pierre dévolu au Temps sur lequel il se coucha pour observer les environs.


Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute de l'Eau
Lueur du Soir

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute de l'Eau
Messages : 10
Date d'inscription : 08/09/2018
Lun 21 Jan - 19:28
La lueur de l'aube effleure mon museau et finit par me réveiller. Je bâille longuement, n'ayant pas très envie de bouger. Je suis toujours engourdi, lorsque les températures sont basses et que je dors depuis longtemps. Néanmoins, je ne peux pas passer mes journées à dormir. Quelle perte de temps cela serait ! Il y a bien plus de choses à faire, dehors ! Plein de motivation, je me relève pour m'étirer, avant de trottiner pour sortir de la tanière.

Le camp est désert, mes camarades sûrement encore endormis. Je m'assois, et penche la tête sur le côté. Comment se fait-il que je me sois réveillé si tôt ? C'est forcément quelque chose d'important. Une promesse que j'ai dû faire, quelque chose comme ça... J'ai trouvé ! Je suis vraiment tête en l'air, moi. Je dois rejoindre les autres élus des meutes aujourd'hui. On va aller rencontrer des coyotes ! C'est super, on en croise si rarement ! Voilà une aventure qui m'excite au plus haut point ! Bon, il ne faut pas que j'oublie qu'ils ne seront sûrement pas là en amis... Ils volent notre gibier, et peut-être même qu'ils vont s'accaparer des terres. Est-ce que nous avons une langage commun, d'ailleurs ? Ça serait pratique pour négocier !

Je lève la tête vers le ciel. Quel idiot, à me perdre dans mes pensées, je vais finir en retard ! Je bondis sur mes pattes, et détale du camp. Je navigue sur les terres de ma meute avec aisance, connaissant chaque recoin. Il faut dire que j'ai exploré un sacré paquet de fois le territoire pour connaître toutes les cachettes potentielles. Je suis imbattable au cache-cache ici ! Zut, je divague encore. Je peux jouer tous les jours, mais aujourd'hui, c'est particulier. Pas de jeu. Néanmoins, je pars en expédition, ça vaut bien un jour d'attente sans pouvoir jouer ! Et qui sait, peut-être qu'on finira par s'entendre avec les coyotes et qu'on jouera à cache-cache ?

Je ralentis et finis le trajet en marchant. Je suis largement dans les temps avec mon petit sprint. Autant faire mine d'arriver tranquillement. Devant moi se profilent les rochers où les meutes se réunissent occasionnellement. Là même où nous avons décidé de cette expédition. Je me souviens m'être proposé volontaire parmi les premiers. J'ai essayé de paraître calme, mais c'est tout de même super enthousiasmant.

Il y a déjà deux autres loups présents. Solstice d'Hiver, un guerrier de la meute de la Terre. Il a l'air nerveux. C'est vrai que c'est un grand moment que nous vivons là. Sur l'un des rochers se trouve Lune du Firmament, le chef de la meute du Temps. Son calme me surprendra toujours. Il ne dirige pas les siens pour rien. Ma joie revient au galop au moment de les saluer.

- Bonjour ! J'espère que vous allez bien ! Il manque encore deux loups, non ?

Si je me souviens bien, la meute du Vent ne participe pas à cette aventure. En contrepartie, ils sont deux de la meute de la Terre. Donc, un autre doit venir. Et il manque également le représentant de la meute du Feu. J'espère qu'ils arriveront bientôt, j'ai hâte qu'on parte tous ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute du Feu
Mélancolie Éphémère

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute du Feu
Messages : 212
Date d'inscription : 03/03/2018
Age : 17
Localisation : Retourne toi...
Lun 21 Jan - 20:51
Le soleil n'était pas encore levé, et pourtant Mélancolie Éphémère se tenait assise à l'entrée de la tanière des guerriers. L'excitation de cette nouvelle quêtes fusait au plus profond d'elle, et le sommeil ne lui était alors pas venu. Il lui tardait tant de partir, d'en découdre avec ces coyotes. Enfin elle pourrait faire bon usage de sa force. Et cela la mettait en joie. Voilà bien des lunes qu'elle n'avait pas pris part à un combat. Qu'elle belle occasion que voilà.

Mais ce que la guerrière du Feu n'avait pas prévu, c'était que cette nuit blanche allait la faire sombrer dans le monde des songes à l'aube. Elle ne vit pas l'astre solaire prendre place dans le ciel. La fatigue avait doucement fermée ses paupières, et elle s'était endormie à l'entrée de la tanière des guerriers. La légère brise fraîche l'apaisait, et l'amena doucement vers une autre dimension. Peu de loups se risqueraient à rester là, en plein froid et en plein vent durant l'hiver. Mais mélancolie Éphémère ne craignait pas ce froid mordant. Son épais pelage était une bonne protection.

Ce fut l'agitation du camp qui la réveilla. A ce moment là, la plupart des loups étaient éveillés et s'activaient. Ses yeux eurent du mal à accepter que la lumière des rayons du soleil leurs parviennent. Le ventre de Mel grogna fortement. Alors elle se leva, s'étira longuement, et, d'un pas nonchalant, elle se dirigea vers la réserve de gibier. Elle se prit un morceau de proie qu'elle partagea avec un guerrier qui passait par là. Elle prenait son temps. La guerrière laissait son esprit fatigué s'évader, et prenait de temps en temps quelques bribes de conversations. Mais une retira son attention.

"-C'est aujourd'hui que commence la quête qui consiste à faire partir les coyotes non ?"

Quête ? Coyotes ? Pourquoi cela donc me rappelle-t-il quelque chose... D'un coup, ses yeux s'écarquillèrent. Mélancolie Éphémère avala d'une traite ce qui lui restait de nourriture, et, sans même saluer personne, elle sortit du camp en courant. Quelle honte. Elle n'avait pas réussi à se réveiller. Et il fallait que cela tombe en ce jour-ci. Cela l'avait tellement travaillé qu'elle n'avait pas réussi à dormir, et la louve avait seulement trouvé le chemin du sommeil au petit matin. La voilà en retard.

En trombe, elle traversa les territoires. Elle qui n'était pas des plus endurantes, le simple fait de penser au fait qu'elle allait sûrement se faire détester dès le début à cause de son retard, lui donnait de la force dans les pattes. En plus, les Rochers aux Loups se trouvaient plutôt loin de son territoire. Finalement, elle aurait peut-être mieux fait de s'y diriger durant la nuit, et elle aurait dormi là-bas. Enfin, il n'était pas temps de penser à ça, elle devait se concentrer.

Après une longue course folle, elle atteint enfin le lieu désiré. Par chance, je ne suis pas la dernière. Il y avait déjà trois loups. Lune du Firmament, le seul qu'elle connaissait. Puis un loup de la Meute de la Terre et un autre de la Meute de l'Eau. Il en manquait donc un, de la Terre il lui semblait. La guerrière du Feu s'arrêta un peu avant de les rejoindre, et surtout avant qu'ils la voient, afin de reprendre son souffle. Puis elle s'avança vers eux, tout en arborant un petit sourire en coin.

"- Salutations. Veuillez excuser mon retard. Mélancolie Ephémère, de la Meute du Feu, pour ceux que je ne connais pas." Lâcha-t-elle, notamment en direction de ceux dont elle ne connaissait que la Meute et pas les noms.

Puis elle s'assit, et se donna quelques coups de langue sur le poitrail afin de remettre de l'ordre dans cet amas de nœuds.


~ Mélancolie Ephémère grogne en #3366ff

Audace des Eperviers ♥ (parce que je ne l'oublie pas  What a Face)  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Chef • Meute de la Terre
Lune Infernale

Votre Loup
:
:
Chef • Meute de la Terre
Messages : 60
Date d'inscription : 17/03/2018
Localisation : 79
Mar 22 Jan - 5:42

L'union fait la force




L'aube se leva timidement. Le ciel était dégagé en ces temps d'hiver, mais un froid bien installé. Un tapis blanc à perte de vue. La luminosité du soleil se reflétant sur la neige. Les proies s'étaient abritées en cette saison difficile, mais quelques animaux aventureux osaient sortir. Et quand il y avait moins de gibiers dans les environs, cela était tentant pour les charognards de venir voler de la nourriture. Et parmi eux, une horde de coyotes s'était installé dans les terres de Earth Wolf. Volant le gibiers des loups ayant baissé leur garde.

Tu observais ces sommets au loin, d'un regard exprimant un agacement démesuré. Bien que tes gardes avaient réussi à bloquer les quelques tentatives des coyotes, cette situation était désagréable. Cela ne pouvait plus durer. Tu avais donc donné la mesure suivante aux membres de ta meute. Les abattre à vue. Afin de les dévisager de revenir fouler tes terres. Quelques jours auparavant, les meutes s'étaient rassemblées pour discuter et trouver une solution à ce fléau. Pour toi, ton avis était tranché. Les écraser. Les exterminer. Tu n'hésitais pas à tuer quand tu jugeais nécessaire. Il fallait passer à l'action rapidement afin que ça ne devenait incontrôlable. La rumeur disait que cette horde s'était établi dans les hauteurs. Cela n'allait pas être une mince à faire, mais avec de la détermination, il était possible de les dégager. Et puis la différence de puissance physique entre le loup et le coyote n'était pas négligeable.

Avant de partir, tu t'étais assurés que tous le loup volontaire de ta meute était parti au rendez vous. Tu avais quelques appréhension sur cette réunion. En effet, tu espérais ne pas perdre ton temps, que les décisions se fassent vite, et surtout, passer à l'offensive. Pour toi, trouver un arrangement envers les coyotes étaient un signe de faiblesse. Cela serait un déshonneur à ton égard. Ce n'était dans ton habitude de laisser une chance à tes adversaires. Tu ne faisais pas souvent preuve de clémence.

Tu parcouru les terres assez rapidement, arpentant les raccourcis que tu connaissais. Au loin, tu vis enfin le rocher aux loups, tu pouvais déjà voir les loups participant à l'expédition. Tu te doutais qu'il fallait d'abord passer par un débat avant de trancher sur une décision. Tu espérais que cela n'allait pas trop perdurer. Les loups présents pouvaient observer une silhouette s'approchant d'un pas assuré.

La lumière du soleil dévoilait tes larges épaules, les muscles roulant sous la peau, une carrure imposante. Ta démarche était élégante, tu ne manquais pas d'allure. Nul doute que tu étais un combattant redoutable. Tu arrivas au rocher des loups, tu observais les loups autour de toi. Ton regard exprimait aucune émotion, ce qui laissa une part de mystère envers ton égard. Tu n'aimais pas trop dévoiler de ta personne, ni même de tes émotions. Tu avais une grande maîtrise de ton corps.

Tu t'assis sagement, un corps robuste, un poitrail large et solide. Seul le vent semblait oser ébouriffer ton épais pelage, donnant un aspect mystérieux et imperturbable. D'une voix grave et raisonnante, tu ouvris enfin la parole pour les saluer gracieusement. Une certaine sagesse pouvait se ressentir.

- Mes plus sincères salutations.



Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute de la Terre
Solstice d'Hiver

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute de la Terre
Messages : 183
Date d'inscription : 26/03/2018
Age : 18
Localisation : Sûrement en pleine découverte du monde
Mar 22 Jan - 19:25
Le premier loup à arrivé était bien Lune du Firmament comme il s'en doutait vue l'odeur du Temps. Le grand loup sage le salua avec grande politesse et Solstice d'Hiver perçut une note d'excitation et d'idée qu'il partagerait une fois tout les élus arrivée. ce détendant un peu, le jeune guerrier n'était plus le seul.
Le saluant à son tour, cela faisait bizarre de voir ainsi l'ancien lieutenant du Temps se posait sur son rocher attribuer comme il l'avait fait une lune plus tôt.

Ils patientèrent ainsi dans le calme. Le loup gris qui était plus calme maintenant humait l'air froid et sec avec plus d'espoir pour cette mission. Le second loup ne tarda pas, il s'agissait du guerrier de l'Eau. Solstice plissa des yeux à son arrivé plongeant dans ses souvenirs pour le revoir lors d'une assemblée.

L'air enjoué et très amical de ce second laissa un très bon feeling sur Solstice d'Hiver. Lueur du Soir comme il se souvenait de son prénom semblait bien accueillant et assez drôle par ses mimiques.

- Oui c'est bien cela ! Salutation ! lança le jeune guerrier détendu et enjoué à son tour.

Puis se fut autour de la guerrière du Feu d'approcher. Solstice d'Hiver mal à l'aise en hauteur sur son rocher préféra descendre rejoindre et rencontrer ses camarades d'aventure. Il n'était surtout pas du genre à rester dans son coin. Tant qu'il pouvait rencontrer les autres et de plus lié une certaines amitié, cela ne pouvait être que bénéfique !
La guerrière du Feu, Mélancolie Ephémère ne lui disais en revanche rien. Il avança avec le sourire.

- Salutation ! Je me nomme Solstice d'Hiver, Terre
lança t'il à sa suite.

S'asseyant ils attendirent tous que le dernier, qui plus est, son chef arrive.
Avec grande classe et grandeur, comme à son habitude, Lune Infernale arrive donc le dernier. Solstice d'hiver cacha un petit sourire en coin devant son ancien mentor qui en imposait toujours par sa taille et sa masse de muscle.

Voilà qu'ils étaient tous réunis. Solstice d'Hiver jeta un petit coup d'oeil sur toute la troupe et eu du mal à ce mettre à l'idée qu'ils allaient vivre ensemble pendant de nombreux jours. Mais une joie profonde s'installa en lui plus à l'excitation. Sa y est ! La quête avait officiellement commencé.


Un silence s'ensuivit et même si le jeune guerrier n'était peut être pas le premier à avoir le droit de prendre la parole, il s'en donna l'audace. Il fallait commencer quelque part.

- Nous voilà donc réunit en cette aube fraîche par le devoir et le choix de nos meutes. Les coyotes se sont installé quelques parts dans les montagnes insaisissables mais nous n'avons aucune idée d'un lieu précis. Il nous faut compter le nombre de jours pour atteindre les profonde montagnes, localiser et bien sûrs décider de la suite des événements. Que proposez-vous ?

Le jeune loup sentit ses oreilles chauffés devant sa propre audace mais n'en montra rien. Il fallait un plan, et un bon.



Merci Flocon de Neige !!! Il est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Chef • Meute du Temps
Lune du Firmament

Votre Loup
:
:
Chef • Meute du Temps
Messages : 268
Date d'inscription : 16/06/2018
Age : 24
Mar 22 Jan - 20:35
Lune du Firmament n'était calme qu'en apparence : son esprit était un tourbillon de pensées. Elles n'étaient pas sans queue ni tête, oh ça non, mais il ne réussissait pas à trouver le bon cheminement à suivre pour la suite des événements. La tâche qu'il s'était fixé allait être délicate. Il devait convaincre ses camarades en sachant pertinemment qu'ils ne seraient pas de bons auditeurs tant ils n'aimeraient sans doute pas sa proposition.

Mais il n'avait pas le choix. C'était son devoir, en tant que Loup du Temps, de faire preuve de sagesse. Alors il en fit montre en disciplinant son esprit pour qu'il retrouve la quiétude d'un lac sans remous. Il ne servait à rien, hormis à faire monter la panique dans son corps, que de ressasser des hypothèses inutiles. Il lui fallait attendre l'arrivée des autres élus pour prendre la mesure de sa gageure.

A la vue de Lueur du Soir, sa sérénité monta en grade : s'il ne connaissait pas personnellement le Guerrier de la Meute de l'Eau, les ouï-dires sur sa tolérance le rassuraient, et ses salutations encore plus. Surtout lorsque les choses se corsèrent avec l'arrivée de Mélancolie Éphémère et Lune Infernale : il connaissait l'amour du combat de la première et lisait la détermination du second dans sa posture.

Il les salua pourtant tous avec un museau souriant et un regard doux ; ils étaient Loups. Mais il resta silencieux jusqu'à ce que Solstice d'Hiver ose mettre la patte sur le problème qu'ils devaient résoudre. Une bonne entrée en matière, décida-t-il. Avant que quiconque enchaîne, il se leva souplement et se racla la gorge pour attirer sur lui leur attention.

- Si vous me permettez, j'aimerais parler le premier.

Il n'y avait plus aucune once de l'hésitation qui le prenait encore le lendemain de sa nomination dans sa voix et sa posture. Il avait accepté son rôle de Chef et se jetait à fond dedans. Dans toute sa prudence, tout son amour, toute sa sagesse ; tout cela transparaissait dans l'aura nouvelle qu'il s'était trouvé.

- Les coyotes ont marqué des sentiers de la Montagne Figée de leur odeur. J'ai donc envoyé certains des mes Guerriers enquêter. Nos pattes sont habiles à les suivre sur le terrain accidenté de la Montagne Insaisissable.

Lui-même connaissait bien ces chemins rocailleux pour les avoir déjà arpentés de ses pattes prudentes. C'était l'une des raisons qui l'avaient poussé à se proposer pour participer à cette quête.

- Les coyotes ne sont pas allés bien haut, en fin de compte. Ce ne sont pas grimpeurs si efficaces que cela. Mais ils sont habiles à se cacher ; nous ne les avons pas trouvés. Toutefois, le périmètre établit encercle la Caverne sans Fond, ce qui n'est pas illogique ; c'est de là qu'ils sont venus.

Un flocon s'écrasa sur son museau et il fit une pause dans son discours pour lever la tête au ciel et apprécier le spectacle de la danse de la neige.

- Nous sommes tous des Loups forts et aguerris. Même sous ce temps, si nous allons bon trot, et ne tardons pas, nous serons aux pieds des montagnes au lever de la lune de cette nuit. Mais...

Il laissa traîner sa voix et se rassit d'un coup, comme pour marquer une opposition à ce qu'il venait de dire.

- Mais ce dont je dois vous parler nous prendra peut-être un peu de temps de réflexion et de palabres, si ce n'est des hurlements.

Il cacha habilement son inquiétude derrière un museau taquin (la pique était réelle, il préférait en rire).

- En effet, ce dont je dois vous parler, vous ne l'aimerez guère. Mais ma conscience me tanne depuis la dernière lune et je n'ai cessé de retourner ce fâcheux problème dans ma tête depuis que nous nous sommes quittés. Et pourtant, ce ne fut que lors de la nuit qui vient de se finir, alors que je veillais dans la Grotte des Sages, que la réponse m'ait venue.

Une pause succéda à ses paroles. Lune du Firmament n'était pas un novice en matière de discours. Il savait doser sa voix comme son débit et marquer ses petits effets. A ce moment-là, quand il reprit, sa voix gonfla comme la crue, gagnant en importance tant ce dont il avait à parler lui semblait conséquent.

- Voyez-vous, mes amis, il ne s'agit pas de vulgaires chacals ou de renards rusés, mais de coyotes. Or si nous n'avons pour les premiers, l'un comme l'autre, ni amour ni affinité, nous avons pour le coyote la possibilité des deux. Nos deux peuples sont si proches qu'ils en sont fertiles. Alors, voyez-vous, je m'interroge. Nous parlons déjà de tuer sans le besoin de se nourrir. Nous parlons déjà de massacrer, de détruire, d’annihiler - oh oui ! J'ai entendu ces termes lors de l'assemblée. Et plus encore, nous parlons de faire tout cela pour un peuple qui nous ressemble tant.

Cette fois-ci, emporté par son élan, il s'était levé pour marteler le sol de sa patte à chaque fois qu'il insistait dans son hyperbole. Sautant d'un coup du rocher du Temps, il s'avança au milieu de ses comparses.

- Frères Loups ! Sœur Louve ! Si cela ne vous suffisait pas, si vos âmes ne tremblaient pas à l'idée d'être maculées de l'ombre d'un tel acte, alors je vous dis ceci : ils sont nombreux. Si nombreux que nous n'avons pas réussi à compter leurs odeurs. Ils dépassent sans doute l'ensemble des Meutes réunies. Alors je vous le demande, et affiche en toute sincérité mon inquiétude, est-ce là l'idée de ce groupe d'élus que de foncer sur le territoire de cette horde pour massacrer ? Oh ! Nous en tuerons beaucoup... Et nous mourrons tous à la fin.

Il dévisagea plus particulièrement Lune Infernale, le seul autre Chef à être présent.

- Cinq Loups ? Ils sont plus de cinq fois ce nombre. Nous courrons à notre perte, et entraînons celles de nos Meutes, si c'est avec cette idée que nous y allons.

Un peu haletant de la force de son discours qui s'était un peu emballé, Lune du Firmament se stoppa au milieu des autres Loups et prit le temps d'une longue inspiration pour reprendre d'un ton plus calme :

- Voici ce que je propose : si tuons nous devons, ciblons nos proies. Tuons leurs chefs, leurs têtes pensantes. Les coyotes ne vivent pas comme nous, en meute ; ce sont des solitaires. Il y a fort à parier que si leurs chefs disparaissent, la horde se délitera. Et quant au risque qu'elle s'éparpille en Earth Wolf, j'y ai aussi pensé. Pas loin de la Caverne sans Fond, il y une gorge abrupte. Ils n'auront le choix, une fois coincés là-dedans, que de courir vers l'avant ou l'arrière ; ils iront vers la Caverne, talonnés par nos crocs. Et alors, mes amis, alors ils auront tellement peur de nos gueules hurlantes que le souvenir ne pourra jamais quitter leurs esprits. Ils ne reviendront pas et, nous, nous n'aurons pas perdu nos vies en vain.

Il expira longuement, soulagé d'avoir sorti toute cette tirade qui bouillonnait dans sa tête depuis son réveil, en espérant qu'il ait réussi à convaincre ses camarades. Sortant du cercle, il alla s'asseoir sous le Loup de pierre du Temps.

- Et sur ce, j'en ai fini et je vous écoute.


Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute de l'Eau
Lueur du Soir

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute de l'Eau
Messages : 10
Date d'inscription : 08/09/2018
Dim 27 Jan - 21:56
Une louve arrive quelques temps après moi, me paraissant de très mauvaise humeur. Il faut dire que n'importe qui d'un peu froid ou distant me paraît comme s'étant levé de la mauvaise patte. Lorsqu'elle se présente, je la salue d'un hochement de tête amical.

- Bonjour ! Moi c'est Lueur du Soir, de la Meute de l'Eau !

Je m'arrête là, même si j'aurais bien aimé savoir si elle était joyeuse de partir à l'aventure. Elle n'avait pas l'air d'humeur à faire la discussion. Tout le monde est plus ou moins tendu en fait. Un silence de mort règne donc le temps que le dernier membre de l'expédition fasse son entrée. Moi, je commence à gratter le sol de la patte, mal à l'aise par l'ambiance étrange qui nous entoure, et en même temps excité à l'idée de partir.

Lorsque Lune Infernale arrive, je réponds à son salut d'un battement de queue joyeux. Son camarade, s'étant exprimé à l'Assemblée au sujet des coyotes, prend alors la parole. Aussitôt, je m'assois, les oreilles légèrement basses, dépité. Mince, il faut qu'on fasse une stratégie. Moi, j'aurais bien aimé partir en exploration dès maintenant ! Je tourne la tête vers Lune du Firmament qui se lance en premier dans la discussion.

La bonne nouvelle, c'est que grâce à lui, on sait où se trouvent les coyotes. Je comprends bien pourquoi il dirige sa meute. Il a déjà préparé en amont notre quête et cela va nous faciliter la tâche. Malheureusement pour moi, vu sa façon de s'exprimer, je sens qu'il va sortir tout un discours. Les débats qui durent longtemps, c'est pas mon truc. C'est bien pour ça que je ne serai pas chef.

Alors qu'il prépare sa proposition, ses paroles tournent en rond. Je gratte le sol avec une patte avant, impatient. Vas-y, crache le morceau ! Cela ne peut pas être si horrible, comme proposition. Il m'a l'air de quelqu'un qui fait attention aux autres et ne fonce pas tête baissée. Je ne le vois pas proposer de massacrer tout le monde et de créer un bain de sang. Si cela arrive, moi je passe mon tour !

Mes oreilles se redressent lorsqu'il se lève. Enfin, il nous explique sa vision des choses. Ah, super, il ne veut pas de combat. Moi, ça me va ! Je préfère qu'on trouve un terrain d'entente pour qu'ils ne posent pas trop de soucis avec les proies, et puis on peut trouver un moyen de jouer ensemble pour sceller le pacte, non ? En tout cas, moi c'est ce que j'aimerais.

Au final, il propose quand même de tuer. Même si ce n'est pas tout le monde, il veut blesser, et rendre triste les autres. Ces coyotes qui sont si proches de nous, certains d'entre eux doivent être amis avec les chefs, et ceux-là doivent avoir de la famille. C'est triste si on les prive de ça. Après, on nous prendra pour des tueurs sans foi ni loi, sans pitié et sans coeur ! Ce n'est pas juste, ça ! On peut bien trouver un moyen pour que tout le monde soit content, non ?

Lorsque le chef de la Meute du Temps se tait, je prends la relève.

- D'après ce que tu nous dis là, Lune du Firmament, les coyotes sont proches de nous. Peut-être sont-ils capables de raison, comme nous ? Pourquoi ne pas tenter de négocier avant ? On peut leur laisser une chance de s'en sortir sans blessés ni morts avant de se jeter sur eux griffes et crocs en avant. Après tout, nous ne sommes pas dans la meilleure des saisons pour se remettre de blessures.

Je sais que certains aiment se battre et grincent des crocs en entendant le moment négociation. Mais si nous nous sommes proposés pour cette aventure, c'est que nous sommes tous suffisamment intelligents pour que cela se passe le mieux possible. J'espère que les autres seront d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute du Feu
Mélancolie Éphémère

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute du Feu
Messages : 212
Date d'inscription : 03/03/2018
Age : 17
Localisation : Retourne toi...
Mer 30 Jan - 20:56
Mélancolie Ephémère adressa un léger sourire aux deux loups qu'elle ne connaissaient pas. Lueur du Soir lui paraissait bien jovial pour un départ de quête à caractère dangereux. Enfin, s'il était compétent par la suite, il n'y avait pas de mal à cela. Puis arriva Lune Infernale, chef de la Terre. La guerrière le regarda avec un petit air de défi. Rien de méchant. Mais elle sentait qu'elle allait bien apprécier ce loup. Il lui ressemblait beaucoup physiquement, et semblait aimer comme elle montrer sa carrure. Intéressant.

Puis les choses sérieuses démarrèrent. La louve, et la seule de ce groupe d'ailleurs, aurait préférée partir immédiatement. Elle attendait tellement ce moment. Elle se voyait mettre un a un tous les coyotes par terre. Eux conquérants, les parasites écrasés. Mais évidemment, il fallait mettre en place une stratégie. Bla bla bla, on s'en cogne. Je veux de l'action. Ces mots, elles avaient failli les échapper. Si elle avait dit ça, il y aurait peut-être eut de l'huile sur le feu. Et ça n'était peut-être pas le moment qu'elle dise n'importe quoi.

En grand sage, comme à chaque fois qu'elle l'avait rencontré, Lune du Firmament prit la parole en premier. Un long monologue, qu'elle écouta attentivement. Or, son poil commença à se hérisser lorsqu'il émit sa théorie. Ne pas tous les écraser ? Non, impossible ! Elle avait besoin de se dépenser, de se battre. Elle avait de l'énergie à revendre, c'était l'occasion en or. Et puis, choisir les cibles prendrait trop de temps ! Beaucoup trop rabat-joie. La guerrière du Feu gratta le sol de sa patte droite. Elle voulait riposter, mais heureusement Lueur du Soir la devança. Ses mots auraient sûrement été trop crus.

Enfin, Mel manqua de tomber au sol en entendant la théorie du loup de l'Eau. C'était encore pire que tout ! Impossible qu'il n'y ait ni morts, ni blessés. Bon il est temps de cesser cette mascarade là. Elle se redressa, bomba le torse. En étant la seule femelle, et en étant la seule de la Meute du Feu, elle devait se montrer sage. Quoique...

"-Et si tu veux on peut les inviter à partager un morceau de viande, tous ensemble, entre cousins ?" dit-elle en ricanant à Lueur du Soir. Puis elle se racla la gorge pour essayer de reprendre du sérieux. "J'admire ton sens de la réflexion, Lune du Firmament. Mais permettez moi. Choisir les cibles ? Cela prendra un temps fou ! Et nous avons besoin de résultats, maintenant. Nous parlons entre autre de l'avenir de nos Meutes. L'avenir des loups sur les Terres d'Earth Wolf." Continua-t-elle, en étant quelque peu hyperbolique. "Aussi pour la sélection, je m'explique. Voyez-vous bien, il faudrait choisir avec précision les bons sujets. Or, qui dit précision dit plusieurs jours d'observation. Nous n'avons pas ce temps-là. Déjà qu'il va nous falloir un peu de temps pour les atteindre. Le temps est précieux. Et nous devons impérativement les faire partir au plus vite. Et bien qu'ils soient plus nombreux que nous, ils ne savent pas se battre comme nous nous le savons. Notre savoir-faire est bien plus grand. Nos capacités bien plus grandes. Nous sommes plus grands, plus forts, plus intelligent, plus rusé." Dit-elle avant de reprendre une inspiration. "Je pense que nous devons les trouver, et aller nous battre, jusqu'à ce qu'ils aient compris. Copiner avec eux ne suffira pas. Ce ne sont pas des êtres de réflexion comme nous le sommes."

La louve qui n'était pas vraiment une grande oratrice se sentait plutôt fière de son petit discours, bien qu'il n'ait probablement pas plu à tout le monde.


~ Mélancolie Ephémère grogne en #3366ff

Audace des Eperviers ♥ (parce que je ne l'oublie pas  What a Face)  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Chef • Meute de la Terre
Lune Infernale

Votre Loup
:
:
Chef • Meute de la Terre
Messages : 60
Date d'inscription : 17/03/2018
Localisation : 79
Jeu 7 Fév - 4:59

L'union fait la force



Cinq loups furent réunit au rocher aux loups. De meutes différentes, de grades diverses, tant de points de vues qui allaient se confronter ici même, pour les intérêts des uns, pour l'image des autres. Assis, d'une posture droite, ta silhouette semblait inébranlable. Ton visage n'exprimait jusqu'ici aucune émotion. Tes yeux observèrent chacun des loups sur place, analysant leur posture, leur regard. Tu vis d'abord Lune de Firmament, tu te rappelais l'avoir rencontré il y a peu en automne, lors d'une patrouille. Il était mentor d'un jeune loup. Aujourd'hui, il semblait avoir gagné du galon, mieux, le poste ultime d'une meute. Alpha. Bien que tu ne le connaissais pas plus que ça, tu devinais qu'il allait représenter sa meute sous la sagesse. Bien que tu n'en étais pas dépourvu, tu avais une philosophie bien différente. Tu étais capable d'épargner, de passer outre, mais dès qu'il était nécessaire, tu ne faisais plus preuve de clémence. Capable de traquer le coupable jusqu'au fin fond des terres. Mais tu n'étais pas un bête sanguinaire qui fonçait dans le tas, tu étais bien plus réfléchi que ça. Tu prenais le temps de préparer tes stratégies. Et tu comptais bien les partager ici même.

Bien que pendant la réunion précédente tu ne semblais pas très bavard, tes idées étaient déjà toutes tracés, les plans travaillés. Tu avais juste laissé échapper quelques mots comme massacrer, détruire. Sans rien dire de plus. Brouiller les pistes ? Certainement. Tu aimais semer le doute. Le simple but était de laisser les autres loups ruminer sur ces brèves paroles, pour pouvoir ensuite les contrer en argumentant le lendemain. Après tout, il y avait différentes façons de "massacrer". Ils étaient plus nombreux ? Ils étaient dans les montagnes ? dans des cavités ? Ce n'était pas un problème.

Devant toi, un loup de la meute de l'eau. Tu ne le connaissais absolument pas. Tu l'observais légèrement, mais tu pouvais déjà ressentir un coté sage, peut être pas de la même acabit que Lune de Firmament. Mais n'étant que des suppositions, tu l'attendais un peu au tournant. Quand à la louve de la meute du Feu, c'était totalement l'inverse, sa carrure venant d'une louve n'avait rien à envier à celle d'un mâle. Tu l'attendais ainsi. Tu étais bien curieux des paroles qu'allaient lancer ces deux loups.

Tu fermas les yeux, lorsque le premier loup prit la parole, non pour l'ignorer, mais pour te concentrer d'avantage. Tu comptais écouter, analyser, chacun de ses mots. Point par point. Ce loup ? Lune de Firmament, ta cible principale. Tu l'avais déjà compris lors de la première réunion, un loup de la meute du temps ? forcément que la sagesse allait primer. Mais tu t'attendais un peu à tout, après tout, une surprise était possible.

Ton souffle avait un rythme lent, silencieux, les oreilles orientées vers l'alpha du Temps. Ses premières paroles brisèrent le silence, après un bref raclement de gorge.

- Si vous me permettez, j'aimerais parler le premier...Les coyotes ont marqué des sentiers de la Montagne Figée de leur odeur. J'ai donc envoyé certains des mes Guerriers enquêter. Nos pattes sont habiles à les suivre sur le terrain accidenté de la Montagne Insaisissable. Les coyotes ne sont pas allés bien haut, en fin de compte. Ce ne sont pas grimpeurs si efficaces que cela. Mais ils sont habiles à se cacher ; nous ne les avons pas trouvés. Toutefois, le périmètre établit encercle la Caverne sans Fond, ce qui n'est pas illogique ; c'est de là qu'ils sont venus.

Ce qui confirmait les dires de tes éclaireurs. Les coyotes se trouvèrent bels et bien dans ces montagnes. Les coyotes devaient certainement se cacher dans les cavités, à l'abri des regards, facile pour y stocker la nourriture. Le peu d'espace dans les cavités ne feraient que faciliter le combat. Le loup poursuit.

- Nous sommes tous des Loups forts et aguerris. Même sous ce temps, si nous allons bon trot, et ne tardons pas, nous serons aux pieds des montagnes au lever de la lune de cette nuit. Mais... Mais ce dont je dois vous parler nous prendra peut-être un peu de temps de réflexion et de palabres, si ce n'est des hurlements.

Ce loup était un bon orateur, c'était une qualité que tu ne pouvais pas lui enlevé. Bien que tu trouvais le temps un peu long, il fallait bien lui laisser le temps d'approfondir son point de vue. Tu comptais faire de même quand ton tour allait arriver.

- En effet, ce dont je dois vous parler, vous ne l'aimerez guère. Mais ma conscience me tanne depuis la dernière lune et je n'ai cessé de retourner ce fâcheux problème dans ma tête depuis que nous nous sommes quittés. Et pourtant, ce ne fut que lors de la nuit qui vient de se finir, alors que je veillais dans la Grotte des Sages, que la réponse m'ait venue... Voyez-vous, mes amis, il ne s'agit pas de vulgaires chacals ou de renards rusés, mais de coyotes. Or si nous n'avons pour les premiers, l'un comme l'autre, ni amour ni affinité, nous avons pour le coyote la possibilité des deux. Nos deux peuples sont si proches qu'ils en sont fertiles. Alors, voyez-vous, je m'interroge. Nous parlons déjà de tuer sans le besoin de se nourrir. Nous parlons déjà de massacrer, de détruire, d’annihiler - oh oui ! J'ai entendu ces termes lors de l'assemblée. Et plus encore, nous parlons de faire tout cela pour un peuple qui nous ressemble tant.

Bien que tu ne sous estimais jamais un adversaire, un coyote ne te faisait pas frémir. Tuer des loups, tu l'avais déjà fais, avec une férocité sans égale. Tu ne tuais pas pour le plaisir, mais simplement par avertissement. Tu étais ferme là dessus. Un pas de franchi, c'était déjà trop tard pour reculer. Une correction violente ou la mort, un message suffisait pour dévisager les autres de reproduire la même erreur. Les coyotes ont fait l'erreur de pénétrer dans ton territoire. Ils devaient donc imaginer le pire... Il fallait que le simple prononciation de ton nom suffise pour les faire reculer. Et tu ne comptais pas discuter avec eux, il fallait que ton message ait de l'impact ! Les coyotes et loups étaient fertiles ensembles ? grand bien leur face, tu t'en fichais royalement. Tu étais capable de tuer des loups, ce détail ne semblait pas te travailler plus que ça.  Là où les autres voyaient des coyotes, des cousins, tu voyais des voleurs, des ennemis, capable d’assassiner des louveteaux, de mettre en danger des membres. Ils étaient aussi des concurrents pour la chasse. Tu souriais légèrement en réentendant les  mots comme détruire, massacrer...cela semblait l'avoir travaillé. Tu pris un léger plaisir, bien que cela n'était pas visible extérieurement. Toujours les paupières fermées.

- Frères Loups ! Sœur Louve ! Si cela ne vous suffisait pas, si vos âmes ne tremblaient pas à l'idée d'être maculées de l'ombre d'un tel acte, alors je vous dis ceci : ils sont nombreux. Si nombreux que nous n'avons pas réussi à compter leurs odeurs. Ils dépassent sans doute l'ensemble des Meutes réunies. Alors je vous le demande, et affiche en toute sincérité mon inquiétude, est-ce là l'idée de ce groupe d'élus que de foncer sur le territoire de cette horde pour massacrer ? Oh ! Nous en tuerons beaucoup... Et nous mourrons tous à la fin.

Tu entendis quelques bonds, quelques mouvements, une patte qui martelait le sol. Mais tu ne t'intéressais qu'aux mots, le reste n'était que de la décoration, de la mascarade. Tu voulais entendre le concret. Bien que tu n'avais pas spécialement confiance aux mots mais aux actes, tu n'avais pas vraiment le choix de faire abstraction aujourd'hui. Les coyotes sont plus nombreux ? cela suffisait il à certains de changer de cap ? Tu prenais note de tous ces détails. Bien que tes arguments étaient déjà bien préparés à l'avance, tu comptais bien approfondir d'avantage ton point de vue et ta stratégie. Car là était son erreur. Qui avait parlé de foncer ? Pensait il vraiment que "massacrer" se résumait à "foncer" ? Non. Un massacre était aussi, un résultat. Mais il pouvait s'obtenir de différentes manières, tu comptais développer plus tard quand ton tour viendra... Tu sentis que son regard se posa sur toi, c'était comme si ta propre conscience te l'avertissait. Tu les rouvris rapidement, fixant ceux de l'alpha.

- Cinq Loups ? Ils sont plus de cinq fois ce nombre. Nous courrons à notre perte, et entraînons celles de nos Meutes, si c'est avec cette idée que nous y allons.

Le regard que tu lui avais jeté n'avait jamais été aussi expressif. Aucune colère, aucun agacement, aucune émotion. C'était un regard totalement différent, c'était comme si tes yeux le pénétraient au plus profond de son âme. On pouvait observer un léger sourire très furtif.

- Voici ce que je propose : si tuons nous devons, ciblons nos proies. Tuons leurs chefs, leurs têtes pensantes. Les coyotes ne vivent pas comme nous, en meute ; ce sont des solitaires. Il y a fort à parier que si leurs chefs disparaissent, la horde se délitera. Et quant au risque qu'elle s'éparpille en Earth Wolf, j'y ai aussi pensé. Pas loin de la Caverne sans Fond, il y une gorge abrupte. Ils n'auront le choix, une fois coincés là-dedans, que de courir vers l'avant ou l'arrière ; ils iront vers la Caverne, talonnés par nos crocs. Et alors, mes amis, alors ils auront tellement peur de nos gueules hurlantes que le souvenir ne pourra jamais quitter leurs esprits. Ils ne reviendront pas et, nous, nous n'aurons pas perdu nos vies en vain.

Tuer les chefs faisaient parti de ta stratégie, il était obligatoire de les abattre le plus tôt possible, mais s'ils n'allaient pas se donner comme des fleurs. Il fallait user d'intelligence. Un autre bon point que tu partageais également, ils étaient solitaires à la base, et sur ça que tu comptais bien appuyer. Le silence s'installa à nouveau, l'alpha se replia vers son rocher du temps, c'était donc au tour de Lueur du Soir. Jusqu'à maintenant, ta cible principale restait Lune de Firmament, bien que ses points de vue se défendaient. Tu respectais les avis de chacun.

Tu te tournas vers le loup de la meute de l'eau. Tu l'écoutas avec autant d'attention.

- D'après ce que tu nous dis là, Lune du Firmament, les coyotes sont proches de nous. Peut-être sont-ils capables de raison, comme nous ? Pourquoi ne pas tenter de négocier avant ? On peut leur laisser une chance de s'en sortir sans blessés ni morts avant de se jeter sur eux griffes et crocs en avant. Après tout, nous ne sommes pas dans la meilleure des saisons pour se remettre de blessures.


Lui, c'était sûr, tu l'avais fiché dans la catégorie idéaliste. Il était inconcevable de négocier avec des faibles, tu voulais les écraser. Ce n'était pas parce qu'ils étaient proche des loups que tu comptais faire un abstraction, ce n'était pas un passe droit. Ils allaient avoir leur correction, avec ou sans ces loups. Même si ce n'était pas aujourd'hui, tu étais capable de faire une expédition le lendemain avec les guerriers de ta meute et repartir aussi sec. Ta détermination était démesurée.

C'était donc autour de Mélancolie Éphémère. Tu espérais qu'elle ne soit pas de la même trempe que le loup précédent. Après une petite moquerie de sa part envers ce même loup.

- J'admire ton sens de la réflexion, Lune du Firmament. Mais permettez moi. Choisir les cibles ? Cela prendra un temps fou ! Et nous avons besoin de résultats, maintenant. Nous parlons entre autre de l'avenir de nos Meutes. L'avenir des loups sur les Terres d'Earth Wolf.Aussi pour la sélection, je m'explique. Voyez-vous bien, il faudrait choisir avec précision les bons sujets. Or, qui dit précision dit plusieurs jours d'observation. Nous n'avons pas ce temps-là. Déjà qu'il va nous falloir un peu de temps pour les atteindre. Le temps est précieux. Et nous devons impérativement les faire partir au plus vite. Et bien qu'ils soient plus nombreux que nous, ils ne savent pas se battre comme nous nous le savons. Notre savoir-faire est bien plus grand. Nos capacités bien plus grandes. Nous sommes plus grands, plus forts, plus intelligent, plus rusé. Je pense que nous devons les trouver, et aller nous battre, jusqu'à ce qu'ils aient compris. Copiner avec eux ne suffira pas. Ce ne sont pas des êtres de réflexion comme nous le sommes.

Tu n'étais pas en accord avec tout, à part le fait de les combattre. Au moins une qui sera hypothétiquement de ton coté. Une cible, une perte de temps ? non, certainement pas. Cela te semblait primordial vu qu'ils étaient en surnombre, le simple fait de focus leur chef pouvait avoir un impact psychologique. Facilitant ainsi le combat. Vous étiez certes plus fort, mais il ne fallait pas les sous estimer pour le moment, bien que tu n'en avais pas peur pour autant.  Cela semblait être ton tour désormais. Au final, ton réel rival est Lune de Firmament. Bien que la finalité est la même, c'est à dire, finir quand même sur un combat, mais tuant seulement les chefs, et faire peur aux autres. Toi, c'était tout le monde ou quelques rescapés. A la limite, des survivants étaient peut être avantageux, le message serait plus vite ancré dans leur crâne.

Tu restas un peu calme. D'un mouvement assuré mais sans en faire des caisses, tu t'installas au milieu des loups. Tu t'asseyais, tout en gardant une prestance majestueuse. Une aura de puissance se sentir autour de toi. Tu n'étais pas un alpha que l'on voyait souvent, tu étais surtout connu pour ta maîtrise du combat, faisant régner la discipline. Bien qu'on ne t'entendait pas souvent, tu n'étais pas dépourvu de beaux discours.

- J'y ai également envoyé des éclaireurs, et même constat. Ils se sont réfugiés dans les montagnes. Bien qu'ils ne les aient pas trouvé, il est fort probable qu'ils soient à l'abri des regards dans une grotte, galerie. Leur conférent un camouflage de choix, mais aussi parfait pour y stocker de la nourriture qu'ils ont volé. Il ne sera pas compliqué de trouver leur cachette. S'ils ont formé un sentier, c'est d'autant plus aisé.

Tu fis une légère pause après de faire un petit état des lieux. Ton regard se tourna vers l'alpha.

- Lune de Firmament.

Tu continuas. Gardant un regard sérieux et inébranlable.

- Massacrer. Oui. Tu l'as bien entendu, de ma propre voix. Mais qui dit massacre ne dit pas foncer. Cela peut se faire de plusieurs manières. De mon point de vue, nous devrons user d'intelligence. Nous ne sommes que cinq ? ils sont plus nombreux ? Cela suffit il à me faire dérouter ? non. Je ne laisserais pas la peur et le doute me gouverner. Leur surnombre ne me pose aucun problème, nous avons plusieurs avantages qu'ils n'ont pas. La première. L'effet de surprise. Jusqu'à maintenant ils ne savent pas que nous allons agir. Nous devrons entrer dans leur camp dans la plus grand furtivité. Notre petit nombre nous offre l'avantage de la discrétion, de la mobilité.

Une petite pause, et tu repris.

- Ils sont cousins ? ils sont fertiles ? Que voulez vous que cela me fasse ? je suis capable de tuer des individus de ma propre espèce, ce ne sont pas ces petits points en communs qui me feront reculer. Là où vous voyez des coyotes, je vois une bande de charognard, volant la nourriture que nos membres ont chassé, pouvant tuer des louveteaux égarés. S'ils chassaient comme tout le monde, je ne dirais rien. Cependant, ils ont commis l'erreur d'entrer dans mon territoire. Ils ont dorénavant une dette à régler, et ne comptez pas sur moi pour faire preuve de clémence. Ils commettent un acte, j'agis. Et si on ne le fait pas dans cette expédition, rien ne m'interdit d'appeler mes guerriers et d'y aller le lendemain. Ma meute compte plus que tout, tout ceux qui oseront s'attaquer à elle doivent savoir qu'ils périront.

Ta tête se tourna vers le loup de la meute de l'eau, ton regard était toujours aussi sérieux.

- Négocier avec eux me semble inenvisageable. Quand bien même on arriverait à un accord, qu'est ce qui les oblige à le respecter ? ils peuvent très bien frapper de nouveau le lendemain. En plus de montrer notre incapacité de lutter, ils vont se sentir plus fort. Impassable pour moi.

Tu te tournas ensuite vers l'ensemble des loups, dévoilant enfin ta stratégie.

- Je propose donc ma stratégie, qui consiste, bien entendu de tuer le plus grand nombre, ainsi que leurs chefs. Nous trouvons leur cachette, nous entrons furtivement à l'intérieur. On assassine le plus silencieusement possible quelques coyotes égarés. On place les corps dans un endroit bien visible, pour que l'un d'eux les trouve. L'un d'eux donnera l'alerte. Ils vont soit se séparer pour fouiller partout et trouver l'auteur du crime, soit y aller ensemble. Dans le premier cas, c'est le plus simple.  Ils ne savent pas combien nous sommes. Avec notre petit nombre, on abat les petits groupes de coyotes rapidement. Si possible se frayer un chemin pour trouver un chef et l'abattre. Cibler les chefs me semblent primordiales, et non une perte de temps. Fermez les yeux, et imagez votre propre alpha assassiné ? puis le second ? Imaginez l'impact psychologique que cela cause dans une meute ? Alors maintenant imaginez pour une horde de coyote qui a, pour habitude, de vivre en solitaire, perdre leurs chefs ? Ils seront désordonnés. La peur va commencer par les envahir, ne voyant toujours pas ces fameux assassins...jusqu'à ce qu'on les finisse un à un.

Une pause, puis tu repris.

- Dans le second cas si ils y vont tous ensemble, un de nous peut servir d'appât, les emmener dans une embuscade, dans un lieu étroit. Avec notre petit groupe, on peut enchaîner des embuscades à souhaits, attaquer la horde, repartir, attaquer la horde dans un autre angle, les forcer à se séparer. Voir leurs membres s'écrouler un à un n'est pas une expérience des plus plaisantes, le moral va baisser, la peur va monter. Et dès que possible, focus les chefs. A la limite, on peut laisser quelques survivants volontairement. Ainsi, les coyotes ou autres espèces dans les environs comprendront le message et seront vites dévisagés de recommencer... Frapper, cibler, changer d'endroit, frapper à nouveau. Ils n'auront plus aucune sensation de sécurité. Et si j'opte avec cette façon de procéder, c'est bien parce que je sais que nous ne pouvons pas les vaincre en frontal direct. Mais en y allant avec intelligence et doigté.

Ta voix était à la fois grave, raisonnante, et calme. Ton message était clair, tu les tuerais avec ou sans l'expédition. Ton regard sérieux. Tu avais une détermination tel qu'il était difficile de te faire changer d'avis.

-J'ai terminé.

Tu te plaças à ta position initiale et laissas ton tour à ton jeune guerrier.


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute de la Terre
Solstice d'Hiver

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute de la Terre
Messages : 183
Date d'inscription : 26/03/2018
Age : 18
Localisation : Sûrement en pleine découverte du monde
Sam 9 Fév - 12:07
L'alpha de la meute du Temps prit la parole en premier. Solstice d'Hiver écouta attentivement Lune du Firmament exposer son idée qu'il avait déjà bien réfléchis à l'avance. Le jeune guerrier n'aurait d'ailleurs pas pu dire mieux, après tout il n'était que cinq loups pour une horde de coyote dangereux et sûrement sans pitié. L'idée de massacrer n'était pas la solution. Ils fallait qu'ils repartent simplement. Ce monde là n'était pas pour eux.
Le jeune guerrier écoutait les oreilles droite les loups devant lui. Lueur du Soir exposa l'idée de négocier et le jeune guerrier de la Terre trouva également cette solution faisable. Les coyotes avait un chef, comme eux il voulait le bien être sa horde. L'esprit de Solstice d'Hiver s'éloigna un instant. Pourquoi les coyotes était venus sur les terres d'Earth Wolf ? C'était bien cette question qui fallait ce poser en premier. Depuis sa naissance il connaissait des histoires comme quoi plusieurs animaux avait déjà trouver le passage de Nul Part. Voilà qu'une horde entière venait trouver ce coin de prospérité. Mais pourquoi ? Qu'est ce qui pouvait effrayer autant toutes les bêtes de Nul Part ?
S'ébrouant la tête pour faire mine qu'un insecte l'avait dérangeait il se concentra sur la conversation. C'était à la guerrière du Feu qui semblait avoir un besoin vorace de plonger ses crocs dans de la chair de coyote. Voilà que les tensions montaient déjà entre le petit groupe. Serrant les dents, Solstice d'Hiver sentit un petit frisson.

On ne trouvera jamais une solution si tout le monde n'y met pas du siens.

Puis vînt le tour de son ancien mentor. Une peur grandissante s'insinua chez le guerrier gris. Il connaissait Lune Infernale, bien qu'il est un caractère complètement contraire à lui, son alpha ne tolérera jamais de laisser un seul de ces coyotes vivants. Même si le résultat était impossible, le chef ne possédait aucune tolérance pour ses individus.

Et effectivement, les propos qui s'ensuivit de sa voix puissante révéla les inquiétudes d'Hiver. Pas de négociation pour les faibles. Fermant les yeux un instant encore, le loup gris baissa ses oreilles. Cela n'allait pas du tout... Et personne n'était encore parti. Ré ouvrant les yeux, tout les loups le regardait. Déglutissant difficilement tout le monde avait parler sauf lui.

Bon... pas de panique mon petit Hiver, tu peux le faire. Même si tu dois sûrement être le plus jeune, le plus incompétent. Mon dieu.....

Le guerrier inspira réfléchissant à toute vitesse. Les loups devait se mettre d'accord. Et.... comme si c'était à lui de trancher ! Non. Une vague de souvenir déferla en lui alors qu'il reprenait légèrement confiance en lui. Ou était passé le côté aventureux ! Ce petit apprenti qui sortait toute les nuits rejoindre Flocon de Neige ou rencontrer d'autre loup d'autre meute. Voilà qu'il revoyait Lune d'Antan, Nuage d’Émeraude, l'ancien chef du Vent. Puis se fut sa mère qu'il aperçut en dernier. Près de son frère disparu, tout petit. Onde Lumineuse lui avait apprit à prendre les bons choix. Toujours le savoir et la réflexion même s'il fallait pour cela contredire son alpha pour le bien de tous.
Pour l'heure, tous attendait, ce n'était plus le moment de flancher.

- Voilà des idées...euh très différentes. Mais .... si on réfléchis un instant, on pourrait en faire une bonne combinaison.

Se levant, Solstice d'Hiver avait besoin de marcher tout en parlant. Il ne pourrait pas supporter que d'autre le regarde sans se déconcentrer.

- Tous les massacrer jusqu'au dernier ? Mmm pas très judicieux, je pense que Lune du Firmament et sa meute sont au première loge de ce qui ce passe là-bas et je pense que seulement cinq loups ne seront que des petits mouches dans un nid de frelons. Mais comme l'a dit Lune Infernale et Lune du Firmament, leur faire peur et qu'ils repartent, c'est bien cela à mon avis qui sera le plus adéquate.

Le gibier manquait certes, mais c'était aussi la mauvaise saison. La raison de leur venu attiser la curiosité du guerrier. Faisant un pause c'était à lui de taper de la patte.

- Assassiné leur chef ? On ne vaudrait pas mieux que des charognard imbus d'eux même. Imaginez vous un instant que votre chef meurt ?

Solstice d'Hiver plongea ses yeux dans ceux de son ancien mentor. Puis dans ceux de Lune du Firmament.

- Je pense que certains savent la douleur et l'horreur que cela procure.

Puis tournant vers Lueur du Soir.

- Je suis pour observer avant d'agir. Je voudrais savoir pourquoi ils sont là ? Pourquoi ils sont venus en quelques sortes se réfugier ici, pas vous ? Pourquoi ne pas parler au chef ? La négociation ne marche souvent jamais, mais le savoir sera toujours une meilleure chose que le massacre. Pour l'heure, le soleil se lève et la marche est longue. Je pense que le meilleur moyen de trouver la parfaite solution est de ce mettre en route maintenant.

Oui, Solstice d'Hiver avait finit. Plutôt fier de ses paroles qu'il considérait comme les plus sage qu'il n'ai jamais dit, il espérait en revanche qu'il n'ai offensé personne. Mais les imprévus faisait partit du destin ! Combiner toute les idées ? Intelligent.

Souriant intérieurement, il remercia son corps de ne pas se sentir gêner à nouveau. Il était temps de partir.



Merci Flocon de Neige !!! Il est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Chef • Meute du Temps
Lune du Firmament

Votre Loup
:
:
Chef • Meute du Temps
Messages : 268
Date d'inscription : 16/06/2018
Age : 24
Sam 9 Fév - 19:40
Tant d'avis divergents ! Les oreilles de Lune du Firmament ne cessaient de gigoter d'un Loup à un autre. Il lui fallait toute sa patience pour écouter sans intervenir pour rebondir sur de bonnes idées ou reprendre ce qu'il considérait comme des aberrations. Si sa Meute n'avait pas été déjà occupée à chasser pour nourrir ses membres lors de la terrible saison qu'était l'hiver, il s'en serait chargé avec ses Guerriers pour éviter autant d'atermoiements... Son Territoire était après tout l'un des premiers concernés.

Au final, cependant, il n'en ressortait pas une situation aussi délicate qu'il l'avait craint. Les voix penchaient plus vers son côté que vers celui du massacre pur et dur. Si Lueur du Soir l'avait étonné par sa grande naïveté (pauvre de lui, si jamais ils en venaient à choisir le combat, il en souffrirait certainement) et si Mélancolie Ephémère et Lune Infernal n'avaient pas agi différemment de ses attentes, Solstice d'Hiver s'était une nouvelle fois révélé plein de surprises. Il ne l'aurait pas cru capable de s'opposer franchement à son Chef pour faire valoir ses idées.

Les propositions de négociation qui vinrent d'autres gueules que la sienne le firent intérieurement sourire. Extérieurement, il était un roc impassible qui fixait chacun sans aucun jugement. Il s'était longuement entraîné pour représenter au mieux la montagne symbolisant sa Meute. Lueur du Soir et Solstice d'Hiver avaient amené dans leurs discussions d'intéressantes propositions sur lesquelles il comptait bien rebondir.

Il n'attendit pas plus longtemps pour le faire dès que ce fut à nouveau à son tour de parler.

- Lueur du Soir dit vrai, lorsqu'il affirme que nous ne sommes pas à une bonne saison pour traiter de blessures. Il est primordial de songer à minimiser de néfastes conséquences à notre action. Nos Meutes ne sont pas assez nombreuses pour se passer de Guerriers comme nous le sommes tous.


Il tourna son regard sévère sur la seule Louve de leur petit groupe.

- Or, sache-le Mélancolie Éphémère, nous ne surpassons les coyotes qu'en force et de peu. Ils sont aussi intelligents que nous et aussi rusés que des renards. Et, dans notre situation, leur nombre vient de plus pallier à leur moindre carrure, ce qui annule quelque peu notre maigre avantage.


Même s'il lui semblait que l'idée de négocier, ou du moins de ne pas massacrer l'ensemble de la horde, remportait le duel des idées, Lune du Firmament ne comptait pas l'imposer. Les coyotes étaient un problème à court terme, introduire des différends entre les Meutes serait créer un souci à long terme bien plus regrettable ; établir un compromis lui semblait donc primordial.

- Je crains cependant que nous ne puissions pas négocier sans établir d'abord notre force. Les coyotes ont la malice dans leurs mœurs et ils sont devenus bien trop présomptueux sur nos terres. Ils ne discuteront pas avec nous dans la sincérité s'ils nous croient en position de faiblesse. Sur ce point-là, je rejoins Lune Infernale. Nous devons agir avec fermeté et éclat, frapper fort et marquer durablement leurs esprits.

Il les regarda les uns après les autres lors d'une petite pause qui lui servit à rassembler ses esprits pour éviter de se perdre dans un nouveau monologue.

- Mais ton plan me paraît dangereux, Lune Infernale. Les galeries seront étroites et nous pourrions nous y trouver coincés - les coyotes sont plus fins et agiles que nous. De plus, il y a le risque que le vent soit contre nous et apporte nos odeurs à nos proies. Et sachez que les observations dont parle Mélancolie Éphémère sont déjà effectuées : je sais exactement qui nous devons cibler.

Ils ne le connaissaient pas encore très bien, c'était pour cela qu'ils n'en n'avaient pas conscience. Mais il était un loup très prudent qui ne laissait rien au hasard. Et un gros détail le turlupinait dans le plan de son collègue alpha.

- As-tu pensé à leur vengeance ? lui demanda-t-il frontalement. S'ils sont tués dans le déshonneur, de dos, dans l'ombre et la terreur, comme tu le préconises, la haine plantera ses graines dans leurs coeurs. Ce serait... une erreur. Une erreur, oui ! Que de les pousser dans leurs derniers retranchements sans penser aux conséquences.

Il se leva pour rejoindre Solstice d'Hiver.

- Comme notre confrère l'a dit, nous devons néanmoins nous mettre en route. Nos avis convergent plus que nous le pensons. Un compromis peut être trouvé si nous y mettons du notre. Un duel à mort me semble plus judicieux. Il nécessite d'attaquer frontalement et d'être sciemment imprudents, j'en conviens. Mais si nous réussissons, nous aurons tué les chefs devant les yeux de la horde au complet. Il suffira alors de mettre en scène notre puissance pour les faire déguerpir sans plus de sang versé. En vérité, il nous faudrait nous diviser en deux groupes : les plus forts d'entre nous pour relever ces duels et les remporter avec éclat, les plus silencieux pour préparer des embuscades afin de renforcer l'impact psychologique de ces victoires. L'idée serait d'apparaître plus nombreux que nous le sommes, de leur faire croire, après que leurs chefs soient morts, qu'ils sont totalement encerclés. Alors, seulement, nous pourrions négocier leur départ, sains et saufs, de nos terres. Nous aurions alors agi avec fermeté et magnanimité. C'est ce que me dicte la sagesse.

Sur ces dernières paroles fermes, Lune du Firmament prit calmement la route des Montagnes Insaisissables. Il se rangerait en définitive du côté du plus grand nombre, soit-elle opposés aux siennes, car la concorde entre les Meutes lui était plus chère encore. Mais il ne comptait pas pour autant mâcher ses mots pour rendre la réalité plus douce à leurs oreilles. Ses conseils avaient été distribués... à eux d'en faire bon usage ou au contraire la sourde oreille. Leurs réactions allaient définir ce qu'il pensait de ces Loups et s'il devait leur accorder sa confiance.


Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute de l'Eau
Lueur du Soir

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute de l'Eau
Messages : 10
Date d'inscription : 08/09/2018
Ven 15 Fév - 12:14
Mes oreilles se rabattent en arrière à la moquerie de Mélancolie Éphémère. Je serre les dents et ne dit rien. Cette louve serait trop heureuse de voir quelqu'un réagir à sa petite pique. Comme l'annonçait son ton méprisant envers moi, sa vision est totalement opposée à la mienne. On va avoir du mal à trouver une stratégie, si nous fonctionnons aussi différemment les uns des autres. Note à moi-même : les loups de la Meute du Feu sont vraiment susceptibles. Tuer tout le monde dès qu'ont les embête, ce n'est pas ce que j'appelle de la sagesse. Au moins, ses camarades ont une bonne guerrière avec eux.

Lune Infernale prend ensuite la parole. Il fait tout pour paraître imposant et intimider. Tu m'étonnes qu'il soit arrivé au poste de chef de meute. Personne ne doit oser le contredire, à mon avis. Lui aussi veut que le sang coule. Mon cœur se serre face au mépris du loup. Il est même fier de dire qu'il a tué d'autres membres de son espèce ! Avec deux compagnons aussi avides de sang, je pense que l'on ne m'écoutera pas une seconde. Et si j'ai bien compris, de toute façon le chef de la Meute de la Terre compte faire un massacre. Mes idées n'ont pas été écoutées une seule seconde. Cela m'attriste un peu.

Vient le tour de Solstice d'Hiver. C'est le plus jeune d'entre nous et il m'a l'air bien nerveux. Prendre la parole juste après son chef ne doit pas être évident. Je le regarde avec bienveillance et remue les oreilles pour l'encourager. Petit à petit, il expose ses idées. Il est courageux. Il s'oppose à la vision de son chef, en s'exprimant juste après lui. Je sens que nous avons quelques points communs, lui et moi. Je commençais à me sentir seul. A deux, et avec Lune du Firmament qui ne veut pas de massacre, peut-être arriverons-nous à convaincre les autres que nous n'avons pas besoin d'aller aussi loin. Le jeune guerrier pose les bonnes questions. C'est vrai que cela m'intrigue de savoir pourquoi ils sont ici. En groupe, en plus ? Avec des chefs ? Eux qui sont d'habitude solitaires, il doit y avoir une raison à tout ça.

Lune du Firmament reprend la parole. Il est décidé à trouver une situation où tout le monde est d'accord. Mais nos visions sont toutes différentes. Mélancolie Éphémère et moi sommes complètement opposés, tout comme les deux loups de la Meute de la Terre le sont. Comment allons-nous nous sortir de cette situation ? Nous aurions sûrement dû parler stratégie lors de la dernière réunion des meutes. Cela aurait évité ce genre de soucis.

C'est alors à moi d'enchaîner. Je tourne la tête vers Solstice d'Hiver et l'incline légèrement en avant pour appuyer mes propos à venir.

- Je suis d'accord avec Solstice d'Hiver. Nous devons d'abord comprendre pourquoi ils sont là. Eux qui vivent normalement en solitaire sont actuellement en groupe. Cela ne vous intrigue pas, cette différence de fonctionnement ? Si nous trouvons des réponses à ces questions, peut-être pourrons-nous éviter que d'autres intrus ne viennent de la même manière pour s'installer sur nos terres. Si nous ne faisons que les massacrer et rentrer chez nous, qui nous dit que d'autres ne viendront pas ? Peut-être devrions-nous les observer et les espionner pour comprendre qui ils sont. Cela nous donnera également un avantage sur eux.

Hors de question de parler de combat. Même pour les négociations, l'espionnage peut être pratique. Il nous permettra d'avoir un ascendant sur eux, celui de la connaissance. Cela peut aussi être ça, notre force. Et puis, ils ne pourront pas nous baratiner ainsi. Mais au vu de leur vision fermée à la négociation, j'ai préféré m'abstenir. Je ne souhaite pas recevoir de nouvelles remarques moqueuses de la part de mes camarades temporaires.

- Nous devrions partir dès maintenant, Solstice d'Hiver a raison. Cela nous laissera du temps pour débattre sur le chemin, et arriver plus tôt à la cachette des coyotes.

Là-dessus, au moins, je pense que nous serons tous d'accord. Espérons que nous arrivions à élaborer un plan qui nous aille à tous, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth Wolf :: Terres Neutres :: Rocher aux Loups-