RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 :: Meute de l'Eau :: Frontière :: Eau • Feu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Just a moment | Ft. Aile d'Argent

Anonymous
Invité
Invité
Invité
Just a moment | Ft. Aile d'Argent EmptyDim 11 Nov - 15:04


« Just a moment ! »

Ft. Aile d'Argent


Un ciel gris et triste guidait les pas lourds de Chant du corbeau. Pourquoi se retrouvait-il là ? Le jeune loup aurait adoré rembarrer ses supérieurs quand on lui a demandé de partir pour la patrouille de l’aube, mais son personnage ne pouvait si résoudre. Alors c’est avec un grand sourire qu’il accepta d’un simple « J’en serais ravi ». Il était donc partis tôt le matin. Même si le soleil était levé il ne lui faisait aucunement apprécier sa présence. À la place, seule une pluie d’automne froide et humide se déversait sur son pelage. Il s’agissait là d’une journée qui commençait bien mal. Chant du corbeau avait songé plus d’une fois rentrer au camp, en plantant son camarade sur place. Plusieurs fois il s’était retourné, fixant le chemin qui le ramènerait bien au chaud. Plusieurs fois il avait lâché un long soupir d’agacement.

Ses pas étaient las et traînaient dans la boue. À son côté, Aile d’argent avait été lui aussi dépêché pour cette patrouille. Il avait marché pendant un long moment avant d’atteindre la frontière entre les territoires de l’eau et ce du feu. De là où il se positionnait, Chant du corbeau pouvait sentir l’odeur cendrée de la plaine de l’autre meute. Sous leurs pattes, l’herbe couchée par le battement de la pluie, commencé à changer de couleur. Elle passa de son traditionnel vert émeraude à un gris plus terne. Cela signifiait qu’il s’approchait de plus en plus du territoire ennemi. En plus de ce changement de paysage, l’odeur d'autres loups semblait de plus en plus forte. Lorsque ces effluves pénétrèrent les narines du fourbe il se surprit à rêver de se faire attaquer. Il l’aurait tant aimé qu’une patrouille adverse passe au même moment et que pour raison superflue l’affrontement aurait été de mise. Il le souhaitait terriblement. Les derniers jours avaient été plutôt calmes pour Chant du corbeau, le doux et fragile loup de la meute de l’eau. Et son alter ego s’ennuyait terriblement. Si un conflit éclatait, cela entraînerait des morts par paquet. Tué par les ennemis, ou par les alliés ? Une situation idéale pour permettre à Chant du corbeau d’atteindre son objectif. S’il devait se battre maintenant, peut-être qu’Aile d’argent y laisseraient la vie ?

- « La meute du feu est passée par là, mais leur trace ne semble pas récente. C’est difficile à vraiment estimer avec cette pluie. » dit-il, un tant soit peu déçu, le museau dressé vers le ciel sombre.

Alors que l’eau glissait sur son pelage noir, Chant du Corbeau n’avait en tête que la mort prochaine de ses compagnons.
©️ Power
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Just a moment | Ft. Aile d'Argent EmptyDim 11 Nov - 18:25
Just a moment!
Feat. Chant du Corbeau

Un ciel ombrageux ; un vent humide ; le chantonnement des oiseaux absents. Je m’étais bien douté qu’il s’agirait d’une journée peu agréable, surtout lorsqu’on m’avait nommé pour la patrouille du matin. Après un soupir exagéré, j’adressai un signe rapide de la tête au lieutenant, puis à la mère des louveteaux qui discutait avec moi jusque-là. J’avais tellement épuisé ses louveteaux hier qu’elle avait enfin été capable de profiter d’une bonne nuit de sommeil. Maintenant que le soleil s’était levé – mais qu’il se manifestait peu, ses rayons bloqués par les épais nuages – ils se pourchassaient en pépiant tel des poussins dans un nid. Cela ne m’étonnerait guère qu’elle les fasse bientôt entrer à l’abri de la tanière. Moi, si j’avais pu profiter de mon enfance comme ils le faisaient… Je n’obéirais pas de sitôt à mes parents !

Tu sais, un peu de pluie ne fait de tort à personne, je soufflai à la mère en riant.

Voyant que mon partenaire de patrouille m’attendait, je me dépêchai de le rejoindre. Chant du Corbeau était un jeune mâle d’environ mon âge, à la belle fourrure d’ébène parfaitement entretenu et au regard ambré menteur. Je n’avais guère traîné avec lui pendant mon apprentissage, et pour cause : comme presque tous les membres de cette meute, il y avait un petit quelque chose chez lui qui me… dérangeait. Sa présence me rendait mal à l’aise. Peut-être à cause de sa façon de changer de discours et d’attitude avec chaque âme. Je n’étais sans doute pas le seul à l’avoir remarqué, ni le seul à ne pas en avoir parlé ouvertement. Après tout, je ne voulais pas lui porter préjudice. On m’avait moi-même jugé lorsque j’étais encore une jeune pousse cloîtrée dans la tanière de la guérisseuse.

Je lui souris. Nous nous dirigeâmes vers la frontière. Je le suivais à un ou deux mètres de distance – distance de respect que j’avais instauré presque instinctivement. Et quelle ne fut pas ma surprise lorsque la pluie se mit à tomber ! Mes pas s’enfonçaient dans la boue de la forêt ; l’herbe humide chatouillait mes coussinets. Elle sera sans doute couverte d’un drap blanc dans quelques semaines, voire quelques jours. Brrrr, l’hiver. Je n’osais pas encore y pensais. Je n’adorais pas cette saison et tous les désastres qu’elle emmenait dans son souffle glacial. Je grimaçai pour moi-même et accélérai le rythme pour être aux côtés du loup noir.

La meute du feu est passée par là, mais leur trace ne semble pas récente. C’est difficile à vraiment estimer avec cette pluie, dit mon camarade, le museau vers le ciel.

Il y avait une note étrange dans sa voix. Je fronçai les sourcils mais n’arrivai pas à l’analyser correctement. Les relents de cendre de la Meute du Feu me fit plisser la truffe. Je n’avais rien contre eux, mais cette odeur… Je baissai le museau au sol et un frisson remonta ma colonne.

En effet.

Je ne savais pas trop quoi répondre.

Je me tournai vers Chant du Corbeau. Devions-nous la suivre ? Il était évident que la Meute du Feu n’était pas passée par ici depuis quelques temps ; devions-nous attendre leur patrouille du matin pour s’assurer qu’ils marquaient correctement leur territoire ? Ce serait ridicule, non ? En même temps, j’avais rarement fait des patrouilles. Je n’étais pas guerrier depuis une éternité, et mon père, lors de mon apprentissage, faisait presque tout le travail.
© 2981 12289 0

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth Wolf :: Meute de l'Eau :: Frontière :: Eau • Feu-