Saison

Les astres sont revenu ! Après un mois caché derrière l'horizon le soleil ébloui le monde avec ses rayons et la lune est de retour avec ses étoiles.
Proie ► Présente

Effectifs

16 ♂ 18 ♀
Feu ► 5 Loups
Eau ► 6 Loups
Terre ► 6 Loups
Vent ► 6 Loups
Temps ► 6 loups
Solitaire ► 4 Loups

Rumeurs

Vous avez une rumeur à faire partager ? Envoyer un Mp a Earth Wolf pour qu'il puisse l'integrer ici !

► Une rumeur court sur les terres du Vent. Aussi imperceptible qu'un murmure et insaisissable que la brise, seuls les loups les plus vaillants oseront y prêter l'oreille. Un trésor envoyé par le clan des étoiles aurait été enseveli au plus profond de la crevasse brumeuse. Seul un cœur hardi pourra s'en emparer. Seras-tu l'élu jeune loup ?
Rumeur 2 ►
Rumeur 3 ►
...

Prédéfini

Sable de Rose
Fiche
Goutte de Pluie
Fiche
Croc de Givre
Fiche
Grondement d'Orage
Fiche
Terre d'Été
Fiche
Nuage d'Ombre
Fiche

Ouvrir
RSS
RSS



 

 :: Meute de la Terre :: Prairie dansante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Combat farouche et Sang noir... (PV Flocon de Neige)

Apprenti • Meute de la Terre
avatar

Votre Loup
:
:
Apprenti • Meute de la Terre
Messages : 58
Date d'inscription : 26/03/2018
Age : 17
Localisation : Sûrement en pleine découverte du monde
Dim 27 Mai - 20:20
Nuage d'Hiver avançait lentement. Les oreilles aux aguets, attendant calmement, la respiration silencieuse, que le merle réatterrisse dans les herbes. Le temps de cette après-midi semblait orageuse. L'air était lourd, les nuages semblait noirs. Le jeune loup tapis dans les hautes herbes de la prairie dansante attendait patiemment. Le merle se posa et commença à piocher des petites graines, mais un bruissement non loin de là se fit entendre. Apeuré l'oiseau s'envola bien vite, alors que Nuage d'Hiver pestai, le museau frémissant.
Relevant la tête, des souvenirs pleins de joie ressurgir dans son esprit. Celui particulièrement d'un pelage blanc courir vers lui. Cette journée avait été formidable, et en repensant à cela, l'apprenti eu un pincement au cœur. Cela faisait maintenant plus d'une lune qu'ils ne s'étaient pas vue. Beaucoup trop longtemps. Allait-elle bien ? Est-ce qu'elle mangeait bien ?

S'ébrouant, le loup gris qui commençait à avoir une bonne musculature se retourna pour voir si la patrouille n'était pas trop loin. Alors qu'il rebroussait chemin, un lièvre, pile à l'endroit ou ils s'était retrouvaient sortit la tête des hautes herbes. Reprenant la position de chasse, cette fois-ci, il n'allait pas le laisser passer. Tout ce passa très vite, un bon, un coup de patte, et le grop lapin brun se retrouvait dans la gueule de l'apprenti. Fier comme un paon, la meute de la Terre allait bien manger ce soir. Trottinant vers l'orée des bois, la brise devant assez violente amena une odeur étrange. Nuage d'Hiver s'arrêta, humant l'air difficilement avec le lapin qui brouillait ses sens. Déposant sa proie dans un coin, l'inquiétude le submergea. Son pressentiment n'était pas bon du tout, et le tonnerre qui grondait au loin ne le rassurait pas non plus. S'apprêtant à hurler pour prévenir la patrouille, ison idée fut inachever alors qu'un poid très lourd s'écroula sur son dos. Jappant de surprise, le jeune loup en eu le souffle coupé. Les griffes sortis, il réussissa à se retourner pour faire face à son agresseur, les poils dressait sur son échine. Un loup d'un pelage noir ébène se tenait devant lui, les yeux injectés de sang.

- Les proies sont à moi ici, grogna t'il. Dégage !

Nuage d'Hiver ne savait pas ce qui se passé, mais la peur s'installa en lui pour la première fois depuis très longtemps. Attendant un peu, regardant de plus près ce loup solitaire avec une multitudes de cicatrices sur la gueule et le flanc.

- Vous vous trouvez sur les terres de la meute de la Terre. Rétorqua t'il d'un ton qu'il voulus glaciale.

- Je n'ai que faire de vos meutes ridicule, cracha t'il.

Avant de ne pouvoir faire quoique ce soit, le loup noir sauta toutes griffes dehors sur le jeune loup. A nouveau le souffle coupé, Nuage d'Hiver asséna un coup sur les oreilles du solitaire avant que celui-ci ne lui morde la gorge.
Hurlant de douleur, les yeux exorbité, l'apprenti sentit peu à peu la panique le submergeai. Ce loup ne voulait pas que prendre sa proie. Il voulait tuer.
D'un coup de patte arrière puissant, il réussit à se dégager en poussant le fou furieux sur le côté. Le sang souillé son coup, et la douleur été effroyable. Tremblant, il tourna de l'oeil alors que le sang jaillissait de son pelage. Le noir s'installa alors que le solitaire s'élança à nouveau vers lui.


Revenir en haut Aller en bas
Solitaire
avatar

Votre Loup
:
:
Messages : 79
Date d'inscription : 31/12/2017
Age : 16
Localisation : La plaines étoilées
Jeu 31 Mai - 22:29

Combat farouche et sang noir…
[Nuage d'Hiver et Flocon de Neige]

Je me laissais encore aller ou mes pattes le désiraient encore perdue dans mes pensées, pour trouver une réponse. Trop de facteur devaient être pris en compte et je n’arrivais plus à faire le tris, si un jour j’y étais arrivée, mes pensées étaient floues et plus j’y pensais plus je me perdais dans l’infinité de mon esprit. Le desespoire de trouver un jour la réponse voulu s’emparer de moi à plusieur reprise, mais je gardais toujours espoire, pour Hiver.

Je marchait tête baissée perdue dans mes pensées quand j'entendis des bruits de parole je releva alors la tête. Je m'aperçus que j’étais retournée au prairie dansante, qui dansait désormais avec mes souvenir les plus heureux. La joie vient s’emparer de moi en même temps que mon coeur se serre encore plus. J’avais reconnu sa voix, mais elle laissait paraître que quelque chose n’allait pas. Je porta mon regard au loin et renifla. Je perçu bien l’odeur d’Hiver que je connaissais bien, je vis aussi son pelage blanc se découper dans l’herbe verte, mais devant lui il y avait un grand loup noir, d’une odeur particulière. Un grand frisson me parcouru en le voyant, tout était entrain de s'entrechoquer dans ma tête!

Cette nuit, cette fameuse nuit qui chaque soir me revient en mémoire, qui à chaque fois que la nuit tombe me remplis de la peur la plus terrible et d’une tristesse inconsolable. Tout ce que j’avais tenté en vain d’oublier revient tel un torrent dans ma conscience. Ma maman si douce et si gentille qui se fait attaquer par une brute noir sans nom. Le visage remplis de haine du loup ébène. Le sang qui coule. L’odeur de mort de ma maman au réveille. Le desespoire, la tristesse, le désarrois, la peur.  

La peur déferlait inchangée dans mon corps, mais de nouvelle force viennent s’y ajouter; la vengeance et une autre force beaucoup plus forte sur laquelle je ne peut donner aucun nom. Je regardait la scène comme avant tremblante de tous mes membres. Je revoyais cette scène décisive de mon passé en parallèle avec celle-ci, décisive de mon présent. “La violence n’est pas la solution” m’avais dit un jour ma maman, pourtant ce soir là je ne la reconnaissais plus elle était déterminée, prèt à tout. Elle m'avait sauvé la vie au détriment de la sienne. Je devais faire de même et sauver le loup qui compte le plus à mes yeux. Je dois le faire… Je dois le faire…

Hiver

Les images horribles tournaient encore et encore dans ma tête, m’empêchant de faire un pas, de prendre une seule décision. J'étais paniquée. Là fasse à Hiver se trouvait peut-être l’assassin de ma maman. L’histoire se répétait. L’histoire n’est qu’une boucle infinie.

Hiver

A quoi ça sert alors de s’accrocher aux loups si c’est pour les perdres après?

Hiver

Qu’ais-je fait à la vie pour qu’elle me retire tous les êtres que j’aime?

Hiver

Les larmes coulèrent sur mon visage. J’étais désarmée. Paniquée. Paralysée. Coincée dans mes propres pensées. Souvenir. Mes propre horreur. Les horreur que la vie m’a laissé.

Hiver

Le loup noir lui sauta à la gorge et Hiver hurla de douleur et moi comme une imbécile je recula me plaquant au sol, les larme au yeux. Maman. Hiver. Le loup noir. Tout tournait autour de moi. Tout était flou. Il fallait que je prenne une décision! Il le fallait. La respiration irrégulière, tremblant de peur je me releva juste à temps pour voir Hiver s’écrouler au sol et le loup reprendre son combat, bien déterminé à le tuer.

- HIVER!!!

Les mots sortir aussi vite que mes pattes s'élancèrent en avant. Il ne le lui fera pas plus de mal! Je fonçais à toute allure vers le loup meurtrie, refoulant du mieux possible mes souvenir. L’histoire ne recomencera pas! Maintenant je suis plus grande et je défendrais la vie de ce loup que j’aime tant comme elle l’avait fait pour moi. Maman. Hiver.

Je sautait directement sur le loup noir sans même réfléchir avant que celui-ci ne touche une nouvelle fois Hiver. Je jeta dans la foulée un oeil en coin à mon très cher et bien aimé ami. La peur m'envahit mais je me reconcentra sur le loup qui lui avait fait ce mal. Mes griffes essayèrent de se frayer un passage dans la chair de son épaule pendant que mes croc firent de même et que je propulsais mon corp sur le siens. Comme ce que je voyais chaque nuit en fermant les yeux et qui a causé la mort de ma maman. Le loup noir essaya de suite de me sortir de son dos et il y arriva très facilement. Je tombas quelque mètre plus loin et me releva presqu'instantanément observant les dégats que j’avais causé. Je l’avais à peine blessé à l’épaule.

Je me mit aussitôt en position d’attaque, comme pour chasser les lapins. Je sais pas si c’était la même posture mais bon, on fait avec ce que l’on à. Mes croc était sortit, je grognait et avançais en sautant autour de lui. Pas comme lorsque que je jouais avec Hiver, ça n’a rien à voir. C’est totalement différent…
Bref je tournait autour de ce colosse que je voyais en double en grognant. Non pas à cause du choc, mais plus tôt des souvenir bien trop vrais qui viennent jouer de ma terreur en dansant devant mes yeux. Merci beaucoup! Comme si je n’avais pas assez peur! Essayant de faire abstraction de ses souvenir nargueur je décida de m'élancer pour l’attaquer. Je visais de mes griffes ses yeux placés plus haut que moi et de mes croc ses oreilles, enfin s’il ne me repousse pas avant. Je fit un coups plus ou moin adroit vers son oeil puis un autre pour l’autre patte et je me sentie propulsée en arrière avec un cris de douleur qui me permis de voir que je lui avais fait mal. Je me retrouva de nouveaux au sol, n’ayant réussi à ne toucher que l’oeil droit du ravisseur et à l’avoir mit que plus en colère. C’était pas bon. Il commençait à grogner de rage en s'avançant vers moi. Pas bon du tout…

Ne faiblit pas… Soit forte… Comme ta maman… Prouve lui qu’elle a bien fait…

Je me redressais sur mes pattes qui s’était un peu replier sur elle même et releva la tête d’un air faussement fier. Les crocs sortis je grognait moi aussi. Le temps m’était compté. Hivers. Je sautait encore enfonçant mes croc dans son coup. Tout en le tenant je planta mes griffes dans ses épaule ou sa gorge ou n’importe où. J'étais déterminée et faisais mes gestes le plus rapidement possible, mais aussi le plus,fort. Et…

Je me retrouva de nouveaux les fesses au sol avec le goût de son sang en bouche. Mon pelage blanc était recouvert de tâche écarlate, mais ces tâche ne provenait pas de mon sang. La conscience décida de revenir pointer son museaux à cette instant précis ce qui n’annonçais rien de bon. Oh non, je pouvais me préparer au pire avec mon esprit.

“La violence ne résous rien. Ne l’oublie jamais et tu sera la meilleur des louves”

Mes membres se sont mit à trembler sous le choc que cette phrase procura en moi. Je me souvenait parfaitement de cette discussion et je ne voulais pas décevoir ma maman. Je me releva alors avec peine et regarda le loup devenu flou devant moi. Hiver. Maman. Hiver… Tout se mélangeait dans ma tête et je ne savais plus quoi faire. Maman. Hiver…

Le loup se jeta sur moi visiblement exaspéré. Il me donna un énorme coup de pattes qui m’envoya valser loin de lui une blessure à l’épaule. Je me releva sans réfléchir, je ne peu pas le laisser faire, je dois le battre et vite! Vite! Oui mais comment. Comment dois-je m’y prendre? Sans réfléchir je sauta en me débattant à coups de griffe et de croc. Je ne savais pas ce que je faisais, mais je le faisais. Je tournais, sautais, griffais mordais. Je faisais abstraction de ma blessure. La rage était présente dans mon corps, et si j’avais eu l’esprit clair elle m'aurait très certainement trop présente. “Ne laisse pas la haine et la rage envahir ton corps.” Mais mes esprits n’étaient pas clair. Tout était flou et je voulais juste en finir et le plus tôt possible.

Le sang coulait colorant les herbe verte de leur tâche écarlate. Mon sang coulais. Le sang du loups noir coulait. Le sang d’hiver coulais. Hiver. Je devais faire vite! Oubliant mes blessure qui n’ont fait qu’augmenter durant le combats je me remis à attaquer de plus belle. Il ne mourra pas, non pas maintenant. Pas lui.
Comme si rien que ses pensées suffisait à me donner des ailes, ces ailes que j’ai temps voulus avoir, je me débattais de plus belle contre cette être horrible. Je volais sur le sol rouge de nos blessure pour l’attaquer du mieux que je le pouvais. La fatigue ne mit pas longtemps à venir me châtier, malgré mes nouvelle ailes. Mais je continuais de me battre sa vie en dépendait. Tant que le loup ne part pas en retraite et que le danger est toujours présent je continuerais de défendre la vie d’Hiver.

Me battant comme jamais je réussi, à coups de griffe et de croc, à le faire battre en retraite, le vrais pas le souvenir nargueur qui continue de danser devant mes yeux. Epuisée je me dirigea lentement vers Hiver. Boitant de la jambe droite qui me faisait souffrir. Arrivée près de lui je lui donnait un petit coup de patte, puis un autre et encore un autre. J’étais rongée par l'inquiétude par son manque de réaction.

- Hiver? Hiver répond moi, fait un signe. S’il te plais… Hiver….

Ma voix faible l’appelais sanglotante. Les larmes montèrent dans mes yeux pour ruisseler sur mon pelage et tomber sur le sol écarlate de se cauchemar.

- Hivers… je t’aime… reste avec moi je t’en supplie

Ma voix n’était plus qu’un murmure perdu dans l'infini du monde tout comme moi. Je ne savais pas quoi faire j’étais perdue, en larme au près d’Hiver. Je ne savais pas l’aider, je n’avais pas encore les compétences. Dans le plus grand des désespérés je me mit à hurler. Demandant de l’aide. Faisant part de mon desespoire au monde entier. Tampis pour les territoires des meutes, tant pis s’ils me bannissent les étoiles savent comment. Un des leur était entre la vie et la mort. Je Hurlait encore et encore jusqu'à tomber de fatigue. Je pleurais toute les larmes de mon corps totalement désarmée et impuissante fasse à la situation. Je déteste me sentir impuissante c’est un sentiment fort et déplaisent.

J’aurais dû être là plus tôt pour éviter qu’il ne se blesse. J’aurais pas dû le quitter ce soir là. Jamais. J’aurais dû rester avec lui, avec la seule personne que j'aime comme ça. Tout ça c’est de ma faute. De ma faute. Je ne le quitterais plus. Plus jamais. Jamais. J’ai pris ma décision je vais rejoindre la meute. Je ne peu plus le laisser seule. Je ne peu pas. Je ne veux plus revivre ça. Plus jamais.

Je porta mes yeux témoin de ma peine au ciel, quand je les arrêta en chemin. Une forme floue se dirigea sur nous. A en voir l’odeur c’était un de la meute. Je le regarda avancer laissent l’espoire remplire mon coeur. Arriver près de nous il se dirigea tout de suite vers Hiver et l’examina. C’était très certainement un guérisseur.

- C’est toi qui a appelé, jeune solitaire? que c’est il passer?

Il m'avait parlé calmement sans lever les yeux d’hiver. Je le regarda un instant fascinée par ce qu’il faisait et ne voulant en aucun cas le déranger. Puis essayant de retrouver l’usage de la parole je me mit en quête d’une réponse.

- O-oui… C’e-est moi… Un… un loup… n-noir… est… est…

Je n’arriva pas à finir ma phrase. J’étais beaucoup trop inquiète et raconter ces évènements qui venaient à peine de se finir était au dessus de mes forces. Je n’arrive même pas à raconter cette nuit qi à sceller mon destin à jamais. Alors raconter ses événements trop frais était juste impossible.

- Il… il vas… s’en… s’en sortir?

Je regardais le guérisseur s’occuper à soigner Hiver, inquiète comme jamais. Je ne pouvais retenir ses larmes et ne pouvais m’empêcher de penser à autre chose et de regarder autre chose qu’Hiver qui luttait pour rester en vie.

Je t’en supplie Hiver reste avec moi. Je suis désolée. Si tu savais…


Revenir en haut Aller en bas
Apprenti • Meute de la Terre
avatar

Votre Loup
:
:
Apprenti • Meute de la Terre
Messages : 58
Date d'inscription : 26/03/2018
Age : 17
Localisation : Sûrement en pleine découverte du monde
Mer 6 Juin - 14:28


Nuage d'Hiver réouvrit les paupières avec difficulté. Tout était flou et la douleur si intense, jamais il n'avait ressentit tant de douleur.
Ou était t'il ?
Que faisait 'il ?
Qui était t'il ?
Rien…
Dans son esprit pourtant si clair d'habitude, il ne pouvait percevoir que le néant. Ses pattes était endoloris, sa gorge était poisseuse d'une couleur trop écarlate à son goût. Alors qu'un éclair blanc passa devant son champ de vision, son esprit revenait peu à peu. Deux loups se battant corps à corps, l'un noir, l'autre blanc. Si il n'avait pas été dans cet état là, il se serait bien poser de nombreuse question sur ces pelages si opposés et pourtant si proche.
Son ouïe d'habitude si bonne, avait comme disparus, que se passait 'il ? Ne pouvant pas bouger, l'appentis resta inerte, regardant les pelages flou redevenir net peu à peu. Alors que tout son corps lui lançait des signaux d'alarme, son cœur battit soudain plus vite. Quelques choses d'anormal se trouvait devant lui. Ce pelage blanc… Se pourrait-t 'il que ce soit … Non impossible…
Flocon de Neige était sûrement dans une exploration de nouvel endroit, Certainement loin de lui. Pourtant, ce si beau pelage qu'il connaissait trop bien lui donna des fourmis dans l'estomac. Mais, elle se battait.
Et comme un flache, une lumière aveuglante, tout lui revînt en mémoire, sur ce loup mystérieux et cruel.
Le loup noir envoya valser le loup blanc d'un coup de pattes vertigineux, et par instinct, Nuage d'Hiver essaya de se relevait, mais son énergie était partit, sa force avec elle. C'était Flocon de Neige. Il en était certains. La peur qui s'empara de lui comme une tornade, ravagea ses derniers souvenirs. « Non, elle ne peut pas se sacrifier pour moi... Je ne me le pardonnerai pas, Flo... » Ses dernières pensées furent engloutit à nouveau dans les ténèbres.

***

Le jeune loup clair se réveilla à nouveau, le ventre noué. Son esprit vaporeux semblait un peu plus énergétique. Un loup se tenait devant lui, et s'occuper à lui appliquer des toiles d'araignées sur sa gorge. L'ouïe n'étant toujours pas revenus, il avait la tête qui tournait tant il était affaiblis. La douleur était insupportable, pourtant, la force qui l'avait fait sortir de cette obscurité était le souvenir d'un pelage blanc, doux, d'un regard aussi gris que beau. La peur qui s’insinuait en lui comme un venin lui donna les larmes aux yeux. Il voulait hurler, mais le son qui sortit de sa gueule ne fut qu'un chuchotement à peine audible :
Flocon de Ne… Flocon de Neige ?
Attendant, le souffle court, son regard devenait peu à peu plus net. Alors que Nuage d'Hiver essaya de soulever la tête, il la vit. Flocon de Neige se tenait devant lui. Oui c'était bien elle… Le soulagement fut t'elle qu'il faillit retourner de l’œil une troisième fois mais il tînt bon. Ses oreilles frémirent tandis qu'il commençait à entendre des sons encore flouté. Mais elle était là, le pelage souillé de sang, mais c'était bien elle, et c'est tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth Wolf :: Meute de la Terre :: Prairie dansante-