Saison

Les astres sont revenu ! Après un mois caché derrière l'horizon le soleil ébloui le monde avec ses rayons et la lune est de retour avec ses étoiles.
Proie ► Présente

Effectifs

16 ♂ 18 ♀
Feu ► 5 Loups
Eau ► 6 Loups
Terre ► 6 Loups
Vent ► 6 Loups
Temps ► 6 loups
Solitaire ► 4 Loups

Rumeurs

Vous avez une rumeur à faire partager ? Envoyer un Mp a Earth Wolf pour qu'il puisse l'integrer ici !

► Une rumeur court sur les terres du Vent. Aussi imperceptible qu'un murmure et insaisissable que la brise, seuls les loups les plus vaillants oseront y prêter l'oreille. Un trésor envoyé par le clan des étoiles aurait été enseveli au plus profond de la crevasse brumeuse. Seul un cœur hardi pourra s'en emparer. Seras-tu l'élu jeune loup ?
Rumeur 2 ►
Rumeur 3 ►
...

Prédéfini

Sable de Rose
Fiche
Goutte de Pluie
Fiche
Croc de Givre
Fiche
Grondement d'Orage
Fiche
Terre d'Été
Fiche
Nuage d'Ombre
Fiche

Ouvrir
RSS
RSS



 

 :: Meute du Feu :: Volcan éteint Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Deux rencontres imprévues [P.V avec Brume Illusoire]

Solitaire
avatar

Votre Loup
:
:
Messages : 79
Date d'inscription : 31/12/2017
Age : 16
Localisation : La plaines étoilées
Mar 23 Jan - 16:16



Deux Rencontres Imprévues
P.V avec Brume Illusoire


Flocon de Neige, commençait à avoir faim et se mit en route pour chasser. Contrairement à son habitude pendant la chasse elle était concentrée et faisais le moins de bruit possible. Elle était toute à la nature. Ne faisait qu’un avec elle...Enfin plus où moins. Elle écoutait chaque bruit, dans la limite de son ouille pas très développée, analysait, du mieux qu’elle pouvait, chaque odeur, observait, autant que ses yeux le permettaient, chaque mouvement tout ça dans un silence plus ou moin contrôler et maladroit.
Elle observait les herbes hautes, les fougères, les plantes, les fleurs, les buissons, les dernière feuilles tomber des rares arbres qui jonche le sol de la plaine étoilée. Tout ce petits mondes étaient aplati au sol par le vent fort et froid de ce milieux de journée hivernal. Flocon de Neige marchait face au vent pour être en avantage, mais le vent soufflait tellement fort qu’il l’obligeait à fermer les yeux. Mais même avec ce désavantage Flocon continuait à progresser dans ce sens comme sa maman lui avait appris.
Elle Humait l’air à la recherche du moindre indice, du moindre changement d’odeur,... Flocon de Neige levait pour ce son petit museau engourdi par le froid dans les air puis le ramène aux sol chercha dans les fougères qui avait la même taille qu’elle ce qui gênait sa visibilité, mais la camoufler parfaitement c’est pour ça qu’elle allait chasser là. Flocon n’est pas très douée pour la chasse et choisit mal ses terrains, elle se met en difficulté pour rien. Mais un jour viendra où elle sera bien choisir ses terrains.
Soudain, Flocon entendit un bruit. Elle faillit sauter de terreur. Trop concentrée à attendre un bruit qu’une fois celui-là venu elle prend peur! elle tourna sur elle même mais ne vis rien. Renifla partout mais ne sentit rien de particulier. Elle écoutait alors très attentivement mais n’entendit que le bruit du vent dans les fougères et le lointain et apaisent sont de l’eau. Ne laissant rien au hasard Flocon de Neige décida de sortir des fougère à pas plus où moins fautré.
Une fois hors des fougères le vent soufflait encore plus fort et était encore plus froid. Flocon de Neige grelottait tellement de froid qu’elle en oubliait presque pourquoi elle était sortie des fougère qui la protégeaient du froid. Et pourquoi elle y était allée! Se reconcentrant sur son but elle guettait les alentour pour voir sa proie où son agresseur. Ne trouvant encore une foi rien elle se remit à humer l’air en vain, à écouter, mais rien ne lui parvenait à par le bruit du vent qui cognait contre ses pauvres petites oreilles gelée.
Petite Flocon de Neige décida d'avancer d’un pas mal contrôlé et failli tomber sous l’effet du vent. Elle reprit vite son équilibre instable et réessaya, manque encore une foi de tomber. Puis encore une, et encore. Mais elle n'abandonne pas elle essayait toujours et à chaque foi elle était plus proche du but. Chaque échec est un avancement vers la réussite.
Après mainte et mainte gamelle Flocon de Neige réussi à contrôler le vent, à lui voler son espace, à jouer avec lui. Ne sachant pas vers ou elle se dirige, mais sachant ce qu’elle cherche Flocon de Neige marchait en humant l’air et en écoutant ce que le vent lui apportait, mais n'utilisait ses yeux que pour savoir où elle mettait les pieds.
Après une longue marche épuisante pour la petite louve hyperactive elle distingua une odeur particulière, une odeur d’animal. Flocon leva alors les yeux pour voir de quoi venait cette odeur, elle distingua tant bien que mal une grande forme floue. Enfin petite comparé au grand loup noir qui…
Petite Flocon de Neige hésita à s’approcher d’avantage. Ce n’était pas une proie, elle était trop petite pour la tuer! C’était soit un prédateur soit un visiteur. Dans les deux cas il fallait se méfier. Peut-être ne l’avait-il pas encore vue avec tout ce vent? Mais il lui était dans le sens opposé donc sa vision était moins entravée que celle de Flocon, mais cela signifiait aussi que le vent ne lui apportait pas son odeur. Il y avait des changes qu’il ne l’ai pas remarquée. Mais Flocon de Neige toujours aussi curieuse et pleine d’énergie décide de s’avancer plus pour voir à quoi cette forme correspondait. C’est les membres tremblant qu’elle continua à jouer avec le vent d’hiver, mais ce n’est pas que de froid qu’elle tremblait, non aussi de peur et d'excitation.
Arriver à proximité de la forme, juste assez pour la distinguer clairement, elle s’arrêta. C’était une hyène. Cette vision fit gémir Flocon, elle se rappelait clairement ce que sa maman lui avait dit à propos de ses animaux. Ils sont féroces, rapide et sanguinaire. Elle regrettait tout de suite de s’être approcher de la hyène. Mais elle nu pas le temps de regretter longtemps que l’animal fonça sur elle. Flocon de Neige fit volte-face et haïs son pelage blanc qui la rendait visible à des kilomètre, ce qu’elle à tendance à oublier. Elle courait à toute vitesse, la progression était plus simple dans ce sens là. Flocon avait beau courir le plus vite possible la hyène la ratraperait bien tôt.
Se concentrant sur chacune de ses foulées pour ne pas tomber, la jeune louve blanche arrivas à proximité du volcan. Le volcan qu’elle n’a jamais osé franchire, celui qui délimite son territoire au même titre que le lac et ses deux rivières. Flocon de Neige risque un regard en arrière. La hyène était juste à ses talons. Terrifiée Flocon ne savait que faire. Faire demi-tour ou continuer tout droit et aller au volcans.
Elle opta pour le volcan. A peine a-t-elle mit ses pied qu’elle aperçoit une grande silhouette noir au yeux d'ambre et à l’odeur de feux et de cendre. là c’était trop pour Petite Flocon de Neige ce loup ressemblait beaucoup trop à l’autre même s’il était plus petit son odeur et son apparence lui ressemblait. Elle était pétrifiée par la peur, avait collé son ventre au sol, oreilles en arrière, yeux fermé, tout membre tremblant. On pouvait distinguer des petit gémissement de terreur. Flocon de Neige restait là comme ça. C’était la fin elle allait rejoindre sa maman. Le seconde lui semblait des heures. Bientôt la hyène et le loup noir seraient sur elle. Elle attendait son heure avait sonné.


Revenir en haut Aller en bas
Guerrier • Meute du Feu
avatar

Votre Loup
:
:
Guerrier • Meute du Feu
Messages : 11
Date d'inscription : 17/01/2018
Localisation : Derrière toi :v
Mar 23 Jan - 16:55
Deux rencontres imprévues
Tu fixais le ciel. De tes yeux aveugles, tu fixais le ciel. Il était bleu foncé, avec des milliers d'étoiles, selon Morsure Hivernale. Tu sentais le froid te glacer le corps, tu sentais tes camarades qui étaient dans le camp, en train de discuter. Mais tu étais habituée à tout ces sons et ces odeurs. Ça ne te troublais plus. Tu détournas ton regard du ciel. A cause la de mauvaise luminosité, tu ne voyais pas grand-chose. Une brise froide te caressa ton pelage noir, parsemé de poils bruns. Tu décidas finalement d'aller chasser, pour ne plus sentir ou entendre tes camarades. Tu traversas tant bien que mal tous ces loups, qui te voyait comme un handicap pour le Clan. Pour toi, ils étaient tous pareils. Tu réussis à te faufiler hors du camp. Tu courus librement dans le territoire, comme tu as l'habitude de le faire. La neige te ralentit un peu, mais son contact contre ton corps est rassurant. Tu adores la neige. C'est peut être parce que tu es née sur de la neige. Tu prends un moment pour te rouler dans cette matière froide et douce, pour que ton pelage noir soit un peu plus discret. Tu t'arrêtas un instant, et pris le temps de repérer toutes les odeurs, et d'entendre tous les bruits. Avec toutes ces informations, tu imaginas le monde comme tu le fais si bien. Tu te concentres aussi sur ta chasse. Le vent souffle très fort. C'est assez désagréable et cela t'empêches de te concentrer. Tu secoues ta tête et tu te résolus à continuer ta promenade. Tu détestes ton impuissance, mais sans tes yeux et avec ce vent, c'est impossible de chasser. De plus, ce vent en question t'empêchait de voir les formes floues. Une « demi-cécité » n'est pas extrêmement pratique. Tu ne voyais que du blanc, et du noir par endroit. Une odeur de cendre t'apprenais que tu te trouvais près du Volcan Éteint. Mais tes oreilles t'apprenaient que il y avait une cavalcade. Un nouveau fumet parvint à ta truffe. La peur. La terreur. Tu te stoppas net, tournant ta tête de tout les côtés pour essayer de comprendre ce qu'il se passait. Tu étais prête à fuir au cas où. Le vent changea brusquement de direction. L'odeur d'un louveteau. Ou plutôt d'une. Elle ne semblait pas avoir de meute particulière, une Solitaire. L'autre odeur fut plus désagréable, si désagréable que ton nez te chatouilla un instant. Mais c'était celle d'une hyène. Une hyène affamée en tout cas. Tu n'hésitas pas. Tu sautas vers eux, te servant de ta truffe pour déterminer la position de la hyène. Tu courais tellement vite que tu ne sentais plus le vent. Tu entendais ton coeur battre de plus en plus vite. Puis tu sentis que tu heurtas quelque chose. Vous roulâtes pendant de longues minutes. Tu comprenas que c'était la hyène bien assez tôt, en raison de son odeur nauséabonde. Dès que tu sentis que vous vous étiez arrêtés, tu n'attendis pas. Tu te dégageai du prédateur et tu sautas vers. Mais tu n'avais pas assez fait attention à où il était grâce son odeur. Résultat, tu tombas sur le sol. Et quand tu tentas de te relever, la hyène t'envoya balader, d'un coup de patte violent. Tu retombas dans la neige avec un grand fracas, et le poitrail en feu. La neige commençait peu à peu à se teinter en rouge. Tu ne pouvais pas le voir, mais tu le savais. Mais ce n'étais pas cela qui allait t'arrêter. Tu fis un grognement magistral, et te dirigeas vers la bête, du moins, son odeur. Tu te jetas vers lui, et tu aggripas un corps. La hyène. Celle-ci tenta de se débattre et de te dégager. Mais elle n'y parvint pas. Tu continues à la griffer et à la mordre, sans cesser tes assauts. Puis finalement, tu tombes pour une enième fois sur le sol, en entendant la hyène partir en courant. Un peu sonnée, tu te relèves en titubant, ton poitrail qui te fait souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Solitaire
avatar

Votre Loup
:
:
Messages : 79
Date d'inscription : 31/12/2017
Age : 16
Localisation : La plaines étoilées
Mar 23 Jan - 19:36



Deux Rencontres Imprévues
P.V avec Brume Illusoire


Flocon de Neige entendit des bruits de bataille et elle décida d’ouvrir les yeux, toujours pétrifiée par la peur elle ne bougea pas. Elle sentait la morsure familière et agréable de la neige froide et humide sur ses membres tremblent. Si elle n’était pas dans une tel situation de terreur elle jouerait volontier avec la neige.
Petite Flocon de Neige dirigeait ses yeux vers le bruit de bataille. Elle y vit le grand loup noir sauter sur la hyène, manquer son coup, tomber, recommencer, tomber,... Elle trouvait ses gestes harmonieux et souples. Flocon regarda la scène avec attention ses yeux remplit de fascination et de terreur.
Après un long combat la hyène partit en courent. Le loup noir qui était à terre se releva avec difficulté, une grande plaie sur le poitrail. Flocon avait horreur de la vue du sang et détourna les yeux. Une fraction de seconde seulement, elle avait peur de ce qu’il allait lui faire à elle, incapable de se battre correctement alors que lui il a fait fuir une hyène. Elle dirigea ses yeux, toujours plaquée au sol, sur les yeux ambre du loup.
Le souvenir du soir d’horreur lui revient en mémoire malgré elle. Il vas la déchiqueter comme l’autre l’a fait. Il n’aura aucune pitié. Elle sera une proie trop simple comme ça pétrifiée par la peur, collée sur le sol blanc oreilles couchées et et les membres tremblent. Elle empestait la peur elle en était sûr!
Mais elle resta là à le fixer dans les yeux en attend de voir ce qu’il compte faire d’elle. Incapable de parler ou de bouger.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth Wolf :: Meute du Feu :: Volcan éteint-